Economie Tout voir

Hôtellerie: Une capacité litière encore loin des objectifs

Hôtellerie: Une capacité litière encore loin des objectifs

Le renforcement de l’offre hôtelière au Maroc apparaît plus que jamais urgent étant donné que le pays s’apprête à accueillir deux événements sportifs majeurs, à savoir la CAN en 2025 et le Mondial en 2030.

 

Par M. Ait Ouaanna

A première vue, le secteur du tourisme au Maroc semble se porter à merveille. Durant les deux premiers mois de l'année 2024, le Royaume a accueilli plus de 2,1 millions de touristes, soit une amélioration de 14% par rapport à la même période de 2023. De leur côté, les nuitées dans les établissements classés ont connu une hausse de 8% durant l’année 2023, selon l’Observatoire du tourisme. Ajoutons à cela la croissance de 8% affichée en matière de délivrance des e-visas, lors de la deuxième année de mise en œuvre de cette mesure.

Selon la tutelle, 209.075 visas électroniques ont été accordés entre juillet 2022 et novembre 2023, dont 96% pour des motifs de voyages touristiques. Globalement, les indicateurs sont tous au vert, mais si l'on creuse un peu plus en profondeur, plusieurs anomalies se manifestent, avec à leur tête l’insuffisance de l’offre hôtelière. Malgré les actions entreprises par les acteurs publics et privés, l'hôtellerie, pilier du secteur du tourisme, peine à se développer au Maroc. Au cours de ces dernières années, plusieurs établissements ont mis la clé sous le paillasson et de nombreux autres sont actuellement au bord du gouffre. Rien qu’au niveau de Marrakech, Ouarzazate et Agadir, 80 hôtels sont menacés de fermeture suite, entre autres, à un manque de subventions publiques. Cette situation n’affecte pas uniquement les petites unités, puisque depuis 2011, plus de 20 hôtels classés ont fermé leurs portes à Agadir.

«La fermeture d'un nombre significatif d'hôtels et les difficultés financières rencontrées par d'autres peuvent être attribuées à divers facteurs, tels que les fluctuations économiques, les changements dans les préférences des touristes, ou encore la concurrence accrue avec les plateformes de réservation en ligne et les locations de courte durée», estime Oussama Alami, directeur des hôtels Gray Casablanca. S’agissant de la capacité litière, le Maroc dispose actuellement d’environ 286.000 lits, un chiffre jugé par les professionnels du secteur comme étant en deçà des aspirations. Rappelons que le Royaume aspire à atteindre une capacité d’hébergement totale de 340.000 lits à l’horizon 2026, et 500.000 lits d’ici 2030.

Par ailleurs, bien que le nombre des nuitées enregistrées en janvier 2024 dans les établissements d’hébergement touristique classés soit en hausse, avec plus de 1,7 million de nuitées au niveau national, Oussama Alami pointe du doigt une disparité en matière de répartition géographique des infrastructures touristiques. Il est à noter que trois villes du Royaume, à savoir Casablanca, Agadir et Marrakech, ont capté la majorité des séjours, avec plus de 70% des nuitées enregistrées.

«La forte concentration des nuitées dans seulement trois destinations, Marrakech, Agadir et Casablanca, souligne un déséquilibre dans la répartition géographique du tourisme. Il est nécessaire de diversifier l'offre touristique pour encourager les visiteurs à explorer d'autres régions du pays, ce qui pourrait stimuler l'économie locale et réduire la dépendance à quelques destinations principales. Comment ? Plusieurs possibilités. Une des pistes à envisager est de communiquer davantage sur les spécificités et spécialités des villes secondaires. Communication à la fois BtoB mais aussi BtoC», insiste-t-il. 

 

Ce que recommande Oussama Alami, directeur des hôtels Gray Casablanca
Il est nécessaire de mettre en place des mesures de soutien pour les entreprises hôtelières, telles que des programmes d'aide financière ou des incitations fiscales, ainsi que des initiatives visant à diversifier l'offre touristique pour encourager les visiteurs à explorer d'autres régions du pays. De plus, une collaboration étroite entre le secteur public et privé pourrait être essentielle pour élaborer des stratégies efficaces visant à renforcer l'ensemble du secteur de l'hôtellerie au Maroc. Aussi, il est primordial d’inciter à l'investissement dans les régions moins touristiques. Sans oublier la modernisation des infrastructures hôtelières existantes, le développement de formations pour le personnel hôtelier et la promotion de nouvelles destinations touristiques.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 17 Avril 2024

Chambre des Représentants : Séance plénière jeudi pour le parachèvement des organes

Mercredi 17 Avril 2024

Maroc : Les risques climatiques physiques auxquels est exposé le secteur bancaire

Mercredi 17 Avril 2024

African Climate Academy : Le Centre 4C Maroc accueille les jeunes lauréats africains de sa promotion 2024

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required