Economie Tout voir

Tourisme: «Les parcs d’attraction vont améliorer la durée moyenne de séjour au Maroc»

Tourisme: «Les parcs d’attraction vont améliorer la durée moyenne de séjour au Maroc»

L’industrie touristique marocaine doit s’adapter aux nouvelles tendances du secteur pour répondre aux besoins et attentes d’une clientèle touristique de plus en plus exigeante.

Pour améliorer l’attractivité de l’offre touristique nationale, la Société marocaine d'ingénierie touristique (SMIT) mise grandement sur le renforcement du secteur de l’animation.

Entretien avec Younes Hajoui, Asset Department Manager chez la SMIT.

Propos recueillis par M. Ait Ouaanna

Finances News Hebdo : La feuille de route du tourisme 2023-2026 ambitionne d’attirer 17,5 millions de touristes et de générer 120 Mds de DH de recettes à horizon 2026. Quels sont les investissements phares à mettre en place pour atteindre ces objectifs, surtout que le Royaume va abriter dans les années à venir plusieurs compétitions sportives d’envergure ?

Younes Hajjaoui : La feuille de route a détaillé clairement l’ensemble des projets qui vont être mis en priorité pour justement attirer des investisseurs qui vont contribuer à la mise en œuvre de ces projets. Par exemple, le parc d'attractions de Marrakech ou encore celui de Casablanca sont deux projets majeurs qui vont permettre de déve lopper la durée moyenne de séjour dans les deux villes. Et permettre aussi de catalyser l’offre d’animation au niveau de ces deux régions. Dans le même sens, on peut également évoquer le futur Centre de congrès et d’expositions de Marrakech, qui va faire en sorte que la ville dispose d’une infrastructure aux standards internationaux.

F.N.H. : La SMIT compte injecter 500 MDH par an entre 2023 et 2026 pour accompagner le renforcement de l’offre d’animation au niveau des différentes filières. Que pouvezvous nous dire par rapport à cette opération ?

Y. H. : Consciente de l’importance de l’animation pour le secteur touristique de manière générale, la SMIT a développé un programme clair et chiffré avec des moyens assez conséquents, qui va permettre de développer les activités d’animation dans les différentes zones du Royaume. Dans ce sens, la SMIT a établi un plan de collaboration avec les différentes régions du Royaume pour la création de sociétés de développement régional (SDR) qui vont se charger de l’incubation, l’amorçage et le développement de sociétés d’animation au niveau de chacune de ces régions. Ce programme va permettre aux porteurs de projets et aux PME opérant dans le domaine de l’animation, d’avoir les fonds nécessaires pour développer leurs projets et contribuer ainsi à la promotion d’une offre touristique qui va permettre d’animer le séjour des touristes au Maroc.

F.N.H. : Concrètement, comment le Maroc peut-il construire une industrie touristique pérenne ?

Y. H. : Le Maroc dispose déjà d’une industrie touristique assez solide, mais il faut la consolider davantage. La professionnalisation des services hôteliers, d’animation et de transport, ne permettra pas uniquement de renforcer l’industrie touristique, mais aussi de l’exporter à l’international. Et justement, nous aspirons grandement à ce que les industriels touristiques marocains puissent évoluer non seulement au niveau national, mais également à l’international. 

 

L’animation, un axe important pour renforcer l’industrie touristique
Dotée d'une enveloppe budgétaire de 6,1 milliards de dirhams, la feuille de route du ministère du Tourisme pour la période allant de 2023 à 2026 accorde une attention particulière au développement de l’animation touristique au niveau des différentes régions du Royaume. Les activités liées au divertissement et à l’animation jouent un rôle clé en matière d’attractivité touristique. Celles-ci peuvent constituer un motif de voyage à part entière et incitent dans certains cas les visiteurs à rester plus longtemps sur une destination. Ainsi, le ministère de tutelle prévoit de diversifier dans les prochaines années les produits d’animations culturelles et de loisirs avec l’émergence d’un tissu de petites et moyennes entreprises (PME) dynamiques et modernes. Notons qu’en vue d’encourager les investissements dans ce secteur, les établissements d’animation touristique bénéficient d’une panoplie de mesures fiscales incitatives, fixées dans le Code général des impôts.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 26 Fevrier 2024

La France se rapproche de la reconnaissance de la marocanité du Sahara

Lundi 26 Fevrier 2024

Maroc : Rafales de vent et chutes de neige du lundi au mardi dans plusieurs provinces

Samedi 24 Fevrier 2024

Tourisme: Le Maroc à la conquête du marché indien

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required