Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

PLF 2015 : Reprise économique attendue ce second semestre…

PLF 2015 : Reprise économique attendue ce second semestre…

Mardi 21 Octobre 2014 Par Laquotidienne

Malgré une conjoncture mondiale instable, l'économie nationale augure des signes de redressement au 2èmesemestre 2014, et une amélioration au niveau des secteurs qui ont connu des difficultés au premier semestre, notamment les industries extractives, le BTP et la pêche.
C’est ce qu’a affirmé, hier, le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Boussaïd, qui présentait les grandes lignes du Projet de Loi de Finances 2015 devant les deux chambres du Parlement.
Ce redressement est conforté, entre autres, par le bon comportement des nouveaux métiers du Maroc qui ont connu une nette amélioration, grâce à la hausse des exportations du secteur automobile de 31,3%, de l'électronique de 22,2% et de l'aéronautique de 3,7%. A noter que le PLF 2015 table sur un taux de croissance de 4,4% et un déficit budgétaire à 4,3% du PIB. Il prévoit aussi la création de 22.510 postes budgétaires.
… Le gouvernement tend une carotte aux entreprises et associations qui embauchent…
Afin de promouvoir l'emploi, il a été proposé d'intégrer dans le PLF 2015 des mesures incitatives au profit des entreprises et associations qui embauchent les demandeurs d'emploi dans le cadre des contrats de travail à durée indéterminée. Selon Boussaïd, ces incitations consistent en la prise en charge par l'Etat des coûts relatifs à la part de l'employeur au titre des contributions dues à la Caisse nationale de la sécurité sociale pour une durée de vingt-quatre (24) mois et dans la limite de 5 salariés.
… Prise en charge de la taxe de formation professionnelle
Est également prise en charge la taxe de formation professionnelle pour les entreprises et associations créées durant la période allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2019 et qui embauchent les demandeurs d'emploi durant les 24 mois suivant la date de la création de l'entreprise ou de l'association.
Le projet propose également de limiter la période d'exonération de l'indemnité de stage à 24 mois au lieu de 36 mois et d'instituer l'obligation de souscription par l'employeur d'un engagement de recrutement définitif dans la limite d'au moins 60% des stagiaires.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Partage RéSEAUX SOCIAUX

Autres Articles