Société Tout voir

Crise des étudiants en médecine : Maintien du calendrier actuel des examens

Crise des étudiants en médecine : Maintien du calendrier actuel des examens

Le gouvernement a annoncé, mardi, le maintien du calendrier actuel des examens des facultés de médecine et de pharmacie, avec l’ouverture de la session de printemps, le 26 juin 2024, et de sa session de rattrapage, avant fin août 2024, ajoutant que les examens de la session de rattrapage pour le premier semestre seront programmés en septembre 2024.

Dans une mise au point au sujet du dossier des étudiants des facultés de médecine et de pharmacie, lue lors d’un point de presse, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, a indiqué qu’en ce qui concerne les mesures immédiates relatives au passage des examens, il sera procédé au rattrapage des périodes des stages hospitaliers boycottés, à partir de la prochaine année universitaire, au remplacement de la note zéro du bulletin des notes par la note obtenue lors de la session de rattrapage du premier semestre, et à la révision des sanctions en interaction avec l’initiative de passer les examens le 26 juin 2024.

Dans le cadre des efforts du gouvernement visant à interagir positivement avec les revendications des étudiants des facultés de médecine et de pharmacie et à surmonter la situation actuelle que connaissent ces facultés de médecine et de pharmacie, une réunion ministérielle a été tenue, le vendredi 21 juin à Rabat, en présence des ministres de la Santé et de la Protection sociale, et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, et du ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des relations avec le parlement, porte-parole gouvernement, ainsi que des doyens des facultés de médecine et de pharmacie, et des représentants des étudiants des facultés de médecine et de pharmacie, a-t-il dit.

Lors de cette réunion, a-t-il poursuivi, le gouvernement a affirmé qu'il assume la pleine responsabilité de garantir la qualité de la formation en médecine dans le Royaume, tout en appelant l'ensemble des parties, notamment les étudiants, leurs parents et leurs tuteurs, à assumer leurs responsabilités dans ce dossier, qui ne devrait pas déborder au-delà de son caractère éducatif et pédagogique.

Tout en relevant une série de contrevérités entourant ce dossier qui sont véhiculées à grande échelle, avec l’intention délibérée d’avancer des conclusions autres que celles auxquelles il a été parvenu, le gouvernement explique que ces assertions à caractère négatif ne servent nullement l'objectif de parvenir à des solutions sérieuses et responsables répondant à l'intérêt de tous, a précisé le ministre.

Et au moment où le gouvernement a exprimé, à maintes reprises lors de plusieurs réunions avec les étudiants, sa compréhension de la légitimité de certaines préoccupations visant à améliorer le système de formation dans le secteur de la santé, l’Exécutif publie à l’adresse de toutes les composantes de l'opinion publique nationale la présente mise au point afin de clarifier les engagements du gouvernement relatifs aux différentes étapes de la formation, présentées lors de ces différentes réunions, et ce, dans le cadre de son souci d’exposer sa vision pour la réforme de la formation en médecine en toute transparence et clarté.

S’agissant de la réforme de fond portée par le gouvernement pour promouvoir la profession de médecine au Maroc en vue de renforcer l’offre de santé, de manière à garantir l’égalité des citoyennes et citoyens d’accès aux services de santé, les ministres présents ont exposé, à l’occasion de cette rencontre, les détails de la réforme pédagogique du cycle de la formation dans les facultés de médecine et de pharmacie, à même d’assurer la qualité de la formation médicale. Ils ont aussi présenté le plan du gouvernement visant l’amélioration du cursus de formation et l’élimination du temps mort durant la période de formation médicale, ainsi que les diverses mesures adoptées pour répondre aux diverses revendications des étudiants.

Les ministres ont, en outre, écouté les requêtes présentées par les représentants des étudiants et leurs propositions visant à surmonter certaines contraintes auxquelles fait face la formation médicale, et interagit positivement avec un grand nombre desdites requêtes, selon la même source.

Dans ce sens, le ministre a indiqué que les mesures en cours de mise en œuvre portent essentiellement sur la structure pédagogique de la formation médicale (diplôme de docteur en médecine) : Mise en œuvre de la nouvelle structuration du système de formation en médecine à partir de la prochaine année universitaire (2024-2025), qui concernera la nouvelle promotion d’étudiants inscrits dans les facultés de médecine et de pharmacie à partir de septembre 2024, et ce, à travers l’adoption d’un nouveau cahier des normes pédagogiques nationales pour le diplôme de docteur en médecine et sa publication par arrêté ministériel, dans le cadre de la période de formation de six ans en vue de l’obtention du diplôme de docteur en médecine, tout en préservant la valeur académique et juridique du diplôme.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Juillet 2024

Après sept mois de grèves dans les facultés de médecine, Abdellatif Miraoui n’arrive pas à convaincre

Mercredi 17 Juillet 2024

Grève des étudiants en médecine : Miraoui s’explique

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required