Société Tout voir

Les principales difficultés vécues par les enfants lors du confinement

Les principales difficultés vécues par les enfants lors du confinement

 

Sur la base des résultats de son enquête auprès des ménages sur l’impact économique, social et psychologique de la pandémie Covid-19, le haut-commissariat au Plan (HCP) a publié, en partenariat avec l’UNICEF, un rapport spécifique sur l’impact de la crise sanitaire sur la situation sociale, économique et psychologique des enfants.

 

Pendant le confinement, 44,7% des enfants déclarent avoir vécu des différences de rythme de la vie quotidienne avec les autres membres du ménage contre 30,7% pour la population âgée de 15 ans et plus.

Cette proportion est plus élevée parmi les personnes vivant dans les ménages avec enfants (33,3%) que parmi celles vivant dans des ménages sans enfants (25,7%), les citadins (33%) plus que les ruraux (26,5%), et les jeunes de 18 à 24 ans (38,4%) plus que les adultes de 25 ans et plus (28,1%).

La promiscuité et l’absence d’intimité ont également impacté le quotidien de la population infantile durant le confinement plus que le reste de la population.

En effet, 29,9% des enfants de 15-17 ans souffrent de cette situation, contre 26,9% pour les jeunes de 18-24 ans et seulement 16,1% pour les adultes de 25 ans et plus.

A l’échelle nationale, près d’une personne âgée de 15 ans et plus sur cinq (18,7%) déclare souffrir de la promiscuité et de l’absence d’intimité durant cette période.

Les femmes avec 21% plus que les hommes (16,4%), les citadins avec 20,3% plus que les ruraux (15,7%), les 20% les plus défavorisés avec 22,6% plus que les 20% les plus aisés (14,1%).

D’un autre côté, les personnes relevant des ménages avec enfants sont les plus touchés par la promiscuité du logement et le manque d’intimité avec 22% plus que celles relevant des ménages sans enfants (12,4%).

Le rapport révèle que l’exercice des activités quotidiennes liées aux études, au travail professionnel et aux travaux ménagers, a été également perturbé pendant le confinement.

Plus d’une personne sur 6 (17,7%) ont déclaré avoir eu des difficultés à exercer leurs activités quotidiennes en présence d’autres membres du ménage. Cette proportion atteint son niveau le plus élevé parmi les enfants avec 40,9%.

S’agissant des relations avec les voisins, 9,3% des enfants de 15-17 ans déclarent avoir des problèmes avec leurs voisins pendant le confinement.

Cette proportion est plus prononcée parmi les jeunes de 18-24 ans (12,0%) et parmi les citadins (13,5%) que les ruraux (6,8%) et peu différenciée selon les autres caractéristiques (sexe, niveau de vie, etc.).

Parmi l’ensemble de la population marocaine âgée de 15 ans et plus et vivant dans des ménages avec enfants, 20,% déclarent que leur charge en travaux ménagers a augmenté pendant le confinement, contre seulement 13,4% pour ceux vivant dans des ménages sans enfants.

D’une manière globale, les femmes souffrent de cette surcharge des travaux domestiques plus que les hommes avec respectivement 27% et 7,9%, les citadins avec 19% plus que les ruraux (15,1%) et la population adulte de 25 ans et plus (18,4%) plus que les enfants de 15-17 ans (7,4%).

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 14 Juin 2024

Industries manufacturières : Hausse de 2% de l'indice de la production au T1-2024

Jeudi 13 Juin 2024

Services marchands non financiers : 45% des patrons anticipent une hausse au T2-2024

Mercredi 12 Juin 2024

Travail des enfants au Maroc : Le secteur agricole s’accapare la part du lion

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required