Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

40% des excédents générés par les multinationales se retrouvent dans les paradis fiscaux

40% des excédents générés par les multinationales se retrouvent dans les paradis fiscaux

Mercredi 18 Juillet 2018 Par Laquotidienne

Une étude danoise de l'Université de Copenhague a montré que 40% des surplus des entreprises multinationales se retrouvent dans des paradis fiscaux.

La recherche est réalisée par les deux doctorants danois, Thomas Tørsløv et Ludvig Wier, en collaboration avec l'éminent économiste français, Gabriel Zucman.

"Nos recherches montrent qu'environ 40% des excédents générés par les entreprises multinationales sont transférés chaque année dans des pays à faible taux d'imposition", a déclaré Thomas Tørsløv au journal des affaires Berlingske.

"Nous avons fait quelque chose d'aussi ennuyeux que d'examiner les comptes nationaux sur la base des nouveaux chiffres de l'OCDE et nous sommes tombés sur une estimation prudente de 40% basée sur de nouvelles méthodes de calcul", a-t-il expliqué.

La recherche examine le montant des bénéfices générés par le secteur privé dans les pays, ainsi que le montant des salaires versés. Ces chiffres clés donnent une idée de la relation entre les activités d'une entreprise dans un pays et son excédent dans ce pays.

"Les multinationales opérant dans les paradis fiscaux ont des bénéfices anormalement élevés par rapport à leurs coûts salariaux. En bref, le vendeur local de crème glacée aux Bermudes a un excédent normal, alors que Google a un excédent anormal sur l'île", a souligné Tørsløv.

Un exemple spécifique de ce phénomène a été observé en Irlande en 2015, où la différence entre l'excédent et les salaires était de 800% pour les entreprises multinationales. Normalement, la différence serait de 30 à 40%.

C'est le résultat de grands conglomérats internationaux tels qu'Apple, Google, Nike et Starbucks, déplaçant leurs excédents aux ressortissants de paradis fiscaux comme l'Irlande ou les Bermudes pour éviter de payer beaucoup d'impôt sur le surplus.

Google Alphabet, une société holding pour Google, a enregistré un excédent de 19,2 milliards USD en 2016 - et cela sans activité notable ni employés sur l'île.

On estime que ces mesures fiscales prises par les grandes entreprises coûtent à l'UE environ 450 milliards de couronnes chaque année, soit 20% du revenu de l'impôt sur les sociétés. Depuis 1985, le pourcentage moyen d'impôt sur les sociétés à l'échelle mondiale est tombé de 49 à 24%, les pays réduisant les impôts pour rester compétitifs.

"C'est une image claire : les entreprises déplacent le profit sans déplacer les activités. C'est pourquoi nous l'appelons +bénéfices papier+, car le surplus n'existe que dans Excel et est simplement déplacé là où c'est le plus avantageux", a poursuivi le chercheur.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
fraude fiscale
Partage RéSEAUX SOCIAUX