International Tout voir

France : Marine Le Pen, la grande bénéficiaire de la crise ?

France : Marine Le Pen, la grande bénéficiaire de la crise ?

En France, l’une des questions les plus récurrentes qui taraudent les esprits français est la suivante : les récentes émeutes urbaines qui ont émaillé les nuits françaises, n’ont-elles pas accéléré le processus de normalisation des idées de l’extrême droite portées par le duo Marine Le Pen et Eric Zemmour ?.

En temps dit «normal», les idées et les convictions de l’extrême droite progressaient à une vitesse inquiétante, permettant à Marine Le Pen de rêver casser le plafond de verre électoral qui l’empêche de s’emparer de l’Elysée.

Signes des vents favorables, le Rassemblement National, héritier du Front National, avait réussi à faire élire quatre-vingt neuf députés lors des récentes élections législatives. 

Un groupe parlementaire massif, vocal, qui avait inscrit son action politique dans l’opposition à Emmanuel Macron, mais qui hélas pour Marine Le Pen, demeure toxique et infréquentable pour l’ensemble des partis de l’échiquier politique français.

Comme en témoigne le refus systématique des partis de gauche comme de droite de signer les motions de défiance élaborées par l’extrême droite ou de s’associer à elle dans n’importe quelle stratégie politique.

D’ailleurs, les leaders du Rassemblement National sautent de fébrilité de leur fauteuil quand ils sont qualifiés par la presse «d’extrême droite».

Ils veulent absolument faire disparaître ce qualificatif historiquement chargé et qui continue de faire peur aux Français dont la mémoire nationale est encore traumatisée par les impacts de la Seconde guerre mondiale et de la guerre d’Algérie.

Aujourd’hui, la vision et les paris sur les chances du Rassemblement National pour les prochaines échéances électorales sont clivés.

Une première tendance affirme que les émeutes urbaines qui ont secoué récemment certains territoires français sont une aubaine inespérée pour l’extrême droite.

Ne sont-elles pas l’incarnation grandeur nature de tous les scénarios apocalyptiques décrits à longueur d’interviews par les milieux de l’extrême droite ?

Ces violences ne sont-elles pas les prémices de cette fameuse guerre civile tant claironnée par tout ceux qui ont fait profession de souffler sur les braises des ruptures sociales en espérant que le feu prenne pour valider leurs lugubres diagnostics ?

L’ensemble de la séquence émeutes urbaines semble en apparence donner raison à ceux qui anticipaient le chaos dans ce qui est communément et par une pudeur forcée  appelé «les quartiers difficiles».

Le lien émeutes/ destructions des symboles de l’Etat /immigration est consacré par l’extrême droite et une partie de la droite lui court derrière.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a beau affirmer, chiffres à l’appui, que seulement dix pour cent des jeunes arrêtés sont des étrangers et que la grande majorité est composée de citoyens français.

Quand il n’est pas carrément inaudible, l’extrême droite et une partie de la droite lui opposent la théorie des Français de papiers, par opposition au Français de souche, les vrais et uniques porteurs selon eux des valeurs de la République. 

La seconde tendance n’est pas convaincue du tout que ces événements dramatiques puissent bénéficier à l’extrême droite et lui faciliter l’accès au pouvoir.

Les tenants de cette théorie voient au contraire que la gravité de la situation, la profondeur des ruptures sociales, l’extrême sensibilité des équilibres sociaux sont de nature à dissuader la majorité des Français de remettre leurs destins entre les mains pyromanes et aventureuses de l’extrême droite, plus habituée à la confrontation violente qu’à des négociations souples et intelligentes indispensables à tout compromis social. 

Pour cette tendance, l’extrême droite au gouvernement, particulièrement en France, est porteuse d’un modèle de régime incarné par l’Etat policier, liberticide, violent et socialement incendiaire.

Il n’est pas du tout acquis que dans la très sensible séquence que la France traverse aujourd’hui, les Français puissent abandonner leurs sorts et leurs libertés à des apprentis sorciers sans foi ni loi, juste portés par des pulsions xénophobes et des tentations pyromanes.

Et qui, au lieu d’apporter des solutions, ne feraient qu’aggraver la crise.

D’où cette conclusion pour certains que les Français seraient à la recherche d’une personnalité qui allierait fermeté et responsabilité.

Une sorte de synthèse entre un gant de fer doublé d’une tolérance idéologique minimale qui éviterait au pays de sombrer dans l’affrontement civil et garantirait les grands équilibres sociaux.

Certains y voient là une opportunité pour la droite républicaine à condition qu’elle parvienne à dépasser ses clivages idéologiques et la guerre des égos qui paralysent son combat et donc son éventuel retour au pouvoir.

 

Mustapha Tossa, politologue 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 18 Juin 2024

France : Craintes sur une hausse des cas de Covid-19 à un mois des JO

Dimanche 09 Juin 2024

Européennes 2024 : Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale

Samedi 08 Juin 2024

Visite d'État de Joe Biden en France

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required