International Tout voir

France : Des appels à débrancher Séjourné et Oudéa-Castera

France : Des appels à débrancher Séjourné et Oudéa-Castera

Le gouvernement Gabriel Attal a commencé très fort, en termes de couacs et de maladresses. Passé l’effet surprise de ce casting gouvernemental, Emmanuel Macron, qui s’apprête à s’adresser aux Français ce mardi soir par le biais d’une conférence de presse qui se veut gaullienne selon son fan club, poutinienne selon ses détracteurs, aura déjà à tenter de dégoupiller des polémiques qui s’enflent autour de deux ministres,’ jusqu’à demander leur démission.

 

Par Mustapha Tossa

 

La première est Amélie Oudéa-Castera, nommée ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques. Dans ses premières sorties médiatiques, elle s’est mise à dos le monde de l’éducation et une grande partie de la classe politique et médiatique. Ce fut lorsqu’elle avait tenté de justifier les raisons qui l’ont poussée à mettre ses enfants dans l’école privée. 

Son constat fut un terrible réquisitoire contre l’école publique française qui souffrirait de manques et de handicaps, alors qu’elle est gérée depuis 7 ans par la gouvernance Macron. Un spectaculaire aveu d’échec. Une lucidité à l’envers qui a donné du grain à moudre à l’opposition qui a livré un tir nourri contre le gouvernement Attal, l’accusant d’être déconnecté par rapport aux réalités françaises.

Le second fut le nouveau ministre des Affaire étrangères, Stéphane Séjourné. Il fait déjà l’objet de nombreuse critiques pour avoir été nommé à ce poste prestigieux sans posséder ni les qualifications requises, ni le pedigree indispensable à incarner la voix et le visage de la France dans le monde. Sorti du chapeau d’Emmanuel Macron à la dernière minute, son choix fut discuté et discutable dès le début quand l’opposition s’offusquait de cette nomination fait du prince, motivée par la seule proximité de Stéphane Séjourné avec le nouveau Premier ministre Gabriel Attal et le président Emmanuel Macron. 

Cette défiance fut aggravée à l’occasion du premier déplacement diplomatique de Stéphane Séjourné en Ukraine. Sa prestation fut l’objet d’immenses critiques et de moqueries. Le ministre Séjourné a parlé avec un français approximatif, commettant des fautes inhabituelles dans la bouche d’un ministre, encore mois dans celle d’un ministre des Affaires étrangères dont la fonction première est de représenter la France dans le monde et d’incarner une image de qualité et de perfection. Or, l’image que Stéphane Séjourné a donnée en Ukraine fut celle de l’hésitation, de l’approximation, et surtout des fautes de grammaire. 

Ces fautes inédites à ce niveau de responsabilité et de représentation ont fait le bonheur des réseaux sociaux. Certains se sont donnés à cœur joie pour flinguer le nouveau ministre des Affaires étrangères et souligner l’inanité de sa nomination. Même si le duo Macron / Attal fait mine d’ignorer les impacts et la gravité de ces couacs de ses ministres dont la responsabilité dépasse manifestement les compétences, il ne pourra pas éternellement faire la sourde oreille, au risque de continuer à gérer les multiples défiances érigées à leurs égards et qui leur compliquera sérieusement la mission. Et ce, que ce soit à l’Education nationale, considérée comme une cause cruciale de ce second mandat, ou aux Affaires étrangères, ministère qui conditionne et fabrique la perception qu’a le monde de la France, de sa culture, de son intelligence et de son influence.

Certaines voix exhortent Emmanuel Macron ouvertement à débrancher ces deux ministres, Oudéa-Castéra et Stéphane Séjourné, avant qu’il ne soit trop tard. Mais il y a peu de chance que le président français réponde favorablement à ces demandes. Le risque pour lui et son gouvernement est un gigantesque désaveu dès les premiers jours du mandat de Gabriel Attal à Matignon. La stratégie de l’Elysée semble être de donner du temps à ces ministres pour apprendre et s’imposer. Une stratégie risquée si les couacs sont amenés à se multiplier, comme le préfigure le profil même de ces ministres contestés.

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 26 Fevrier 2024

La France se rapproche de la reconnaissance de la marocanité du Sahara

Lundi 26 Fevrier 2024

Sahara : Paris réitère son "soutien clair et constant" au plan marocain

Samedi 17 Fevrier 2024

Sahara marocain : Ce qu’en dit l’ambassadeur de France au Maroc

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required