International Tout voir

Mark Zuckerberg devant le Congrès américain : Alors, tu likes ?

Mark Zuckerberg devant le Congrès américain : Alors, tu likes ?

Voici l’une des plus grandes vérités du XXIème siècle : ce monde est de plus en plus con. Et il l’est devenu davantage avec ces franchises comme celles fourguées par Mark Zuckerberg, le fondateur d’une application qui compte aujourd’hui plus de 4 milliards d’abonnés.

 

Par Abdelhak Najib
Écrivain-journaliste

Effarant de voir à quel point cette humanité est si oisive, si paumée, si égarée pour se faire alpaguer par n’importe quel type de distraction, quitte à lui vendre son âme, son temps et une grosse partie de son existence. Ce n’est un secret pour personne, même les plus obnubilés parmi nous, que Facebook et consorts nous balancent des âneries au kilo. Ils livrent de la connerie en barre. Des mensonges. Des manipulations. De la propagande. De l’instrumentalisation des masses. Une apologie de la haine et des racismes décomplexée. 

Puis, ce type de plateformes donne voix au chapitre à des attardés cognitifs addicts à leurs applications, vivant dessus, n’ayant plus d’autres mondes que ceux virtuels qui nous assomment, matraquant en flux tendu toute cette braderie de l’abêtissement à l’usage des foules humaines. Cette situation pathétique du monde d’aujourd’hui, nous rappelle cette phrase, ô combien vérifiée, de Henry de Montherlant disant que : «quand la bêtise gouverne, l’intelligence est un délit». 

En effet, c’est ce type de dérapages extrêmes qui a été exposé devant le Congrès américain lors de l’audition du patron de Facebook, Mark Zuckerberg, sur les dangers de son application et sur la protection des enfants du monde entier face aux exactions, aux crimes qui  découlent de ce réseau. Mark Zuckerberg regrette que des familles soient exposées aux risques d’exploitation sexuelle ou de suicide. Parallèlement, des documents montrent qu’il a refusé de renforcer la prévention. Dans ce sens, il a eu ceci comme réponse : «Monsieur Zuckerberg, vous et les entreprises qui sont devant nous, je sais que vous ne le pensez pas, mais vous avez du sang sur les mains. Vous avez un produit qui tue des gens», a déclaré le sénateur républicain Lindsey Graham aux dirigeants du groupe Meta. Mais, comme le dit Kipling : «Le propre de l’imbécile est de croire qu’il ne l’est pas». Alors que les faits sont là. Et ils sont têtus. On a beau les camoufler, on a beau les oblitérer, passer un voile opaque sur leurs méfaits, ils sont tenaces. Ils s’imposent et affirment leurs vérités : ce type de réseaux fait de nombreux dégâts dans le monde. Des gens meurent. Des personnes se tuent. D’autres perpètrent des crimes via ces fils d’une toile qui échappe à tout contrôle. D’autres voient leurs réputations détruites, quand certains sont traînés dans la boue par des inconnus derrière des claviers et qui passent la sainte journée à se mêler de la vie des autres  répandant calomnies et inventions à tout-va. 

Tout ceci sans aucun moyen de se protéger de cette technologie qui, certes, apporte beaucoup à la communication aujourd’hui (si elle est utilisée à bon escient et avec conscience), mais qui fait beaucoup trop de mal, parce que derrière ces circuits anonymes se cachent des prédateurs, des criminels, des gens malintentionnés, des désaxés, des détraqués, des psychopathes, des gangs, des réseaux mafieux…

Sans oublier toutes les données personnelles de plus de la moitié de l’humanité qui circulent dans des sphères parallèles, et qui peuvent être utilisées à l’insu de tous, contre tous. Pourtant, avec tout l’argent qu’engrange un tel groupe, la sécurité des enfants et des plus vulnérables n’est pas prise en compte. Ce n’est pas une priorité. Loin de là. L’important est de faire des recettes, de gagner toujours plus en utilisant les humains et en les exploitants, allant jusqu’à avoir du sang sur les mains dans une guerre où les fils et les circuits tuent autant que de graves pathologies incurables.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 29 Fevrier 2024

USA : Le spectre du "shutdown"

Mercredi 28 Fevrier 2024

Catastrophes naturelles : 2,5 millions de personnes forcées de quitter leur foyer en 2023 aux USA

Samedi 17 Fevrier 2024

USA : Trump condamné à 355 millions de dollars d'amende

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required