Economie Tout voir

Coronavirus Maroc : Les quatre secteurs qui peuvent sortir gagnants de la crise

Coronavirus Maroc : Les quatre secteurs qui peuvent sortir gagnants de la crise

Dans sa dernière étude rendue publique, Attijari Global Research (AGR) identifie quatre secteurs qui peuvent tirer leur épingle du jeu dans ce contexte de crise sanitaire aiguë : les télécommunications, les activités agroalimentaires, la distribution moderne et les métaux précieux. Résumé.

 

1/ Les télécommunications bénéficieront d’une nouvelle dynamique de croissance et ce, pour deux raisons.

D’une part, la forte augmentation de la Data Mobile de plus de 50% durant la période de confinement, favoriserait le changement des habitudes de consommation au Maroc. Concrètement, la consommation moyenne par utilisateur devrait franchir un nouveau palier et le taux de pénétration de la Data devrait accélérer sa progression.

D’autre part, les acteurs privés et publics évolueront vers des modèles qui reposent davantage sur la digitalisation, ce qui boosterait le développement des segments Internet haut et très haut débit.

Dans cette perspective, l’effort d’investissement déjà déployé par le secteur lui permet aujourd'hui d’accompagner cette hausse importante du trafic sans pour autant accuser une dégradation visible de la qualité de ses services.

2/ Les activités agroalimentaires devraient gagner en importance stratégique au terme de cette crise sanitaire et ce, pour trois raisons.

Premièrement, cette activité n’accuse aucune perturbation de sa chaîne de valeur grâce à la bonne tenue de ses composantes Offre et Demande.

Deuxièmement, ce secteur est un grand pourvoyeur d’emplois qui pourrait jouer un rôle actif durant cette crise. Troisièmement, de nouvelles opportunités à l’export émergeront dans un contexte où la question de la sécurité alimentaire semble prendre le dessus au sein des grandes économies.

3/  La distribution moderne est devant une opportunité unique pour augmenter considérablement son taux de pénétration au sein de l’économie.

Ce taux s’élèverait à peine à 17% contre 38% en moyenne pour les pays comparables.

Ce secteur a atteint des niveaux records en termes de fréquentation favorisant ainsi le changement des habitudes de consommation des ménages.

Parallèlement, Attijari Global Research relève l’implémentation de la digitalisation à travers le lancement des services de commande en ligne et de livraison à domicile. Un nouveau créneau qui sera à terme créateur de valeur pour cette activité. 


4/ Les métaux précieux devraient se démarquer durant cette crise sanitaire et ce, pour trois raisons.

Premièrement, l’activation massive de la planche à billets suite aux politiques monétaires ultra accommodantes des grandes banques centrales risque de déprécier la valeur de la monnaie au profit de l’or en tant que valeur refuge.

À titre d’exemple, la Fed a procédé à des réductions successives de son taux directeur pour le ramener à près de zéro actuellement et vient par la même occasion d’annoncer un programme d’assouplissement quantitatif historique d’environ 700 MM$.

Deuxièmement, la montée des inquiétudes quant à la solvabilité des États au terme de cette crise se reflète via l’élargissement des spread de taux.

Troisièmement, une pression sur l’offre minière en métaux précieux en raison de la fermeture des mines polymétalliques non rentables.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 02 Decembre 2021

Covid-19: Le variant Omicron risque de devenir majoritaire en Europe

Lundi 29 Novembre 2021

Le prix du pétrole remonte fortement après le choc dû au variant Omicron

Lundi 22 Novembre 2021

Covid-19 : Ce n’est pas fini…

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required