Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Flexibilité du Dirham : "Le Maroc en position de force"

Flexibilité du Dirham : "Le Maroc en position de force"

Lundi 15 Mai 2017 Par Laquotidienne

Le Maroc est "en position de force" pour libéraliser son taux de change et ouvrir son compte capital. C'est ce qu'a affirmé, lundi, à Marrakech, le doyen de la faculté d’économie et de gestion de l’université de Bâle en Suisse, Aleksander Berentsen. "Le moment est venu pour le Maroc de libéraliser son taux de change et d’ouvrir son compte capital, car il est en position de force. C‘est le moment parfait pour le Royaume de flexibiliser son taux de change", a souligné Berentsen, qui intervenait lors de la 2ème édition des Journées internationales de macroéconomie et de finance, organisée par Bank Al-Maghrib (BAM), le laboratoire de recherche INREDD de l'Université Cadi Ayyad (UCA) de Marrakech et le centre BCE de l'Université de Bâle, les 15 et 16 mai, sous le thème "La flexibilisation du régime de change, le ciblage de l’inflation et la libéralisation du compte capital".
A ce titre, il a indiqué que le Maroc "a une excellente situation macroéconomique" qui favorise amplement l’entame de la réforme du régime de change, notant l’importance de suivre la réaction du marché par rapport à ce changement et la Banque centrale marocaine "pourra réagir en ralentissant ou en augmentant le rythme selon le résultat obtenu de cette réforme".
Pour sa part, le Directeur général de BAM, Abderrahim Bouazza, a relevé que cette 2ème édition a pour objectif de développer des relations de coopération avec le monde de la recherche et le monde universitaire en faveur d’un débat autour de la réforme de régime de change qui a été annoncée par les autorités.
Cette rencontre permet également de confronter l’expérience marocaine par rapport aux expériences des pays étrangers qui ont mené une flexibilité de leur taux de change, a indiqué Bouazza, soulignant l’importance de cette réforme pour consolider la compétitivité de l’économie marocaine, améliorer sa résilience et faire face à des chocs exogènes. Les conditions sont réunies et le timing est approprié pour entamer une condition graduelle d’un régime de change plus flexible, a-t-il affirmé, jugeant nécessaire d’informer les opérateurs économiques sur les motivations de cette réforme, les prérequis nécessaires pour une transition réussie et les instruments de couverture du risque de change.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Bank Al-MAghrib
Partage RéSEAUX SOCIAUX