Economie Tout voir

Le manque des précipitations affecte les secteurs économiques et sociaux à Souss-Massa

Le manque des précipitations affecte les secteurs économiques et sociaux à Souss-Massa

 

Le manque terrible des précipitations au niveau de Souss-Massa affecte sérieusement les secteurs économiques et sociaux dans la région.

 

Selon des données de l'Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa, un stress hydrique de 60 pc a été enregistré durant les trois dernières années, à cause de la pluviométrie qui a atteint des niveaux inquiétants.

Pour l'année hydrologique 2019-2020, les précipitations ont enregistré un total de 93 millimètres, alors que dans une année normale, les précipitations atteignent 230 millimètres. 

Au total, sur l'ensemble des 8 barrages alimentant la région, le taux de remplissage moyen ne dépasse pas les 12%. Une première depuis la mise en place de ces infrastructures, précise l’agence. 

Les barrages de la région n'ont reçu que 30 millions de mètres cubes d’eau pour l'année hydrologique 2019-2020, au lieu des habituels 476,5 millions de mètres cubes d’eau reçus dans une année normale, soit un stress de 94%.

La cote d’alerte est également atteinte pour les réserves d’eau souterraines, qui constituent une part importante du potentiel en eau du bassin de Souss- Massa.

Face à cette situation critique, l'Agence a déjà pris une série de mesures pour gérer ce stress hydrique. En mars dernier, le wali de la région de Souss-Massa, Ahmed Hajji, avait décidé la mise en place d’un dispositif d’économie d’eau dans la région. Des restrictions avaient ainsi été prises en matière d’arrosage des zones vertes, de lavage des voitures ou encore de remplissage des piscines.

De même, en juin dernier, la part de certains périmètres agricoles, comme ceux de Taroudant ou Sebt El Gerdane, dont les besoins en eau d’irrigation exercent une grande pression sur les barrages, a été réduite.

Face à ce déficit en eau préoccupant, l'Agence du bassin des eaux de Souss-Massa appelle les citoyens et tous les usagers de l'eau potable ou d'irrigation à rationaliser leur consommation de cette substance vitale.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 25 Mai 2024

Tourisme : Un élan prometteur pour 2024

Lundi 20 Mai 2024

Al Haouz : La reprise économique en marche

Vendredi 17 Mai 2024

Cafés et restaurants : Un secteur au bord du gouffre

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required