Economie Tout voir

Compensation : Une charge prévisionnelle de plus de 16,35 MMDH en 2024

Compensation : Une charge prévisionnelle de plus de 16,35 MMDH en 2024

Les crédits de compensation programmés au titre du projet de loi de finances de l'année prochaine (PLF-2024) s'élèvent à plus de 16,35 milliards de dirhams (MMDH), selon le rapport sur la compensation accompagnant ce projet.


Cette dotation est destinée à soutenir les prix du gaz butane, du sucre et de la farine de blé tendre, indique ce rapport publié sur le site du ministère de l'Economie et des finances.

"En s'inscrivant dans les grandes orientations stratégiques du chantier de la protection sociale, prônant l'orientation vers des allocations familiales pour un meilleur ciblage des populations nécessiteuses, il est prévu de poursuivre la décompensation progressive des produits subventionnés restants", fait savoir la même source.

Parallèlement, le rapport révèle qu'en 2023, le gouvernement, afin de permettre la stabilisation des prix intérieurs des produits de base à la consommation en dépit de la volatilité de leurs cours mondiaux, poursuit le déploiement de plusieurs mesures visant le soutien du pouvoir d'achat des citoyens.

Ainsi, la charge de compensation prévisionnelle au titre de la période janvier-août 2023 est estimée à 19,58 MMDH.

Pour le gaz butane, la subvention moyenne de la bonbonne de 12 KG s'est élevée à près de 68 DH à fin août dernier, en baisse de 31% par rapport au niveau historique atteint durant la même période en 2022. De ce fait, la charge de compensation du gaz butane a accusé, au titre des huit premiers mois de 2023, un repli de 28% à près de 11,4 MMDH.

Concernant le sucre, la charge globale de compensation a frôlé un montant de 3,88 MMDH à fin août dernier, en progression de 24% comparativement à la même période de l'année précédente.

Pour ce qui est de la farine nationale du blé tendre, l'Exécutif poursuit le soutien d'un contingent de 6,26 millions de quintaux (Mqx) pour une subvention unitaire de 143,375 DH/Quintal, en parallèle aux actions déployées pour la valorisation de la production locale (la prise en charge des frais de stockage et magasinage) pour près de 880 MDH en termes de la période janvier-août 2023.

Concernant le blé tendre, le gouvernement a maintenu, en sus de la suspension à l'importation durant 2023, l'octroi d'une subvention à l'importation et ce, dans l'objectif de sécuriser l'approvisionnement du marché national en cette denrée et stabiliser le prix du pain à 1,2 DH et les prix des farines.

De ce fait, la prime forfaitaire à l'importation du blé tendre a enregistré, à fin août dernier, une moyenne de 62 DH/Ql, en déclin de 63% en glissement annuel. Le soutien à l'importation de ce blé a baissé de 67% par rapport à la même période de 2022.

Ainsi, la charge globale relative au soutien du blé importé et de la farine nationale du blé tendre pourrait atteindre 3,2 MMDH à fin août 2023.

Quant aux carburants, étant donné les moyennes des cours du gasoil et du super durant la période janvier-août 2023 dépassent toujours les niveaux pré-pandémiques et afin de stabiliser les tarifs du transport des personnes et de marchandises, le gouvernement poursuit en 2023 le soutien exceptionnel destiné aux professionnels du transport routier.

Ce soutien a été de 1 MMDH durant les huit premiers mois de cette année, en baisse de 64% sur une base annuelle en raison du recul important des prix mondiaux du gasoil et du super de 25% et 18%, respectivement au titre de la même période.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 13 Juillet 2024

Secteur de l’habillement : Le repli des exportations vers l’UE «ne doit pas inquiéter»

Vendredi 12 Juillet 2024

Croissance : Quid de la transformation économique ?

Jeudi 11 Juillet 2024

Journée mondiale de la population: Le HCP revient sur les principaux objectifs du RGPH 2024

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required