Economie Tout voir

Au cœur de la tragédie: zoom sur un drame épouvantable

Au cœur de la tragédie: zoom sur un drame épouvantable

Des familles se retrouvant du jour au lendemain sans abri, des enfants devenus orphelins, des familles décimées, des villages complètement détruits. Voici quelques-unes des conséquences les plus désastreuses du séisme ayant frappé le Maroc le soir du 8 septembre 2023. Nous avons rencontré des sinistrés.

 

Par M. Ait Ouaanna & M. Boukhari

Un ressenti que beaucoup ont qualifié des plus traumatisants de toute leur vie. Dans la nuit du vendredi 8 septembre, aux alentours de 23h10, un séisme d’une violence inédite, soit une magnitude de 7 sur l’échelle de Richter, a frappé plusieurs villes marocaines allant de Marrakech. L’épicentre a été situé dans la commune d’Ighil, à 80 kilomètres au sud-ouest de la ville ocre. Il s’agit du troisième tremblement de terre le plus puissant de l’histoire du Royaume, après celui d’Agadir en 1960, d’une magnitude de 5,7, qui a fait plus de 12.000 morts, et celui d’Al Hoceima en 2004. Ce dernier, d’une magnitude de 6,3, a entraîné la mort de plus de 600 personnes.

«Nous étions en famille au moment où notre maison s’est effondrée. Tout le douar est sous les décombres. Mon mari, mon beau-frère, mes enfants sont blessés. Ma petite fille a une fracture. 72 personnes ont été retirées des décombres, mais il y a encore des gens portés disparus. Les sinistrés ont des besoins urgents en alimentation. Ceux qui peuvent offrent des paniers pleins de produits pour au moins venir en aide aux enfants. Notre emplacement reculé rend difficile les opérations d’assistance. Nous avons besoin aussi d’ustensiles et de bonbonnes de gaz. J’appelle à porter assistance à notre village «Tafegart», terriblement touché, et aux régions avoisinantes», raconte avec beaucoup d’amertume une rescapée rencontrée samedi, le lendemain du séisme.

A l’heure où nous rédigions ces lignes, le bilan du séisme d’Al Haouz s’élèvait déjà à 2.901 morts et 5.530 blessés, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur. Ce bilan conséquent s’explique notamment par le fait que les zones principalement touchées par cette catastrophe naturelle sont situées dans des régions enclavées où les habitations manquent de bases solides. En outre, l’accès à ces villages est difficile en raison de l’absence d’infrastructures, ce qui complique grandement la tâche des secouristes. «J’ai senti que la terre tremblait fortement. Mon premier réflexe a été de récupérer ma fille ainsi que ma mère qui se trouvaient à l’étage. Nous l’avons vraiment échappé belle, puisque quelques fractions de secondes après avoir quitté le foyer, le plafond a complètement cédé», nous confie un habitant de la rue de Tétouan sis à Marrakech. Il s’agit d’une des zones les plus ravagées par le séisme au niveau de l’ancienne médina de la ville ocre. Au lendemain des faits, des messages de soutien et de condoléances venant des Chefs d’Etat à travers le monde ont été adressés au peuple marocain. Plusieurs pays, notamment l’Espagne, le Royaume-Uni, Qatar, les Emirats Arabes Unis ont proposé leur aide au Maroc, où les Forces armées royales ont été mobilisées en urgence.

Dans la nuit du 9 septembre 2023, elles ont déployé des moyens humains et logistiques, aériens et terrestres, ainsi que des modules d’intervention spécialisés à base d’équipes de recherche et sauvetage et un hôpital médico-chirurgical de campagne (HMCC). Dans l’après-midi de samedi, le Roi Mohammed VI a présidé au palais royal de Rabat une séance de travail dédiée à l’examen de la situation suite à ce drame. Ainsi, un deuil national de 3 jours a été décrété avec mise en berne des drapeaux sur tous les bâtiments publics. Par ailleurs, il a été décidé de mettre en place une commission interministérielle chargée du déploiement d’un programme d’urgence de réhabilitation et d’aide à la reconstruction des logements détruits au niveau des zones sinistrées. Aussi, outre la prise en charge de personnes en détresse, particulièrement les orphelins et les personnes vulnérables, le Roi a ordonné l’ouverture d’un compte spécial auprès du Trésor et Bank Al-Maghrib, en vue de recevoir les contributions volontaires de solidarité des citoyens et des organismes privés et publics. Par ailleurs, vu les dégâts causés par le séisme, le ministère de l’Education nationale a annoncé la suspension des cours au niveau de 42 communes et villages situés dans les provinces d’Al Haouz, Chichaoua et Taroudant.

Une solidarité sans failles

Encore une fois, comme ce fut le cas pendant la crise sanitaire liée au Covid-19 ou lors de l’affaire du petit Rayan, les Marocains ont fait preuve d’une solidarité exemplaire. Suite à un appel du Centre régional de transfusion sanguine de Marrakech, un nombre important de citoyens s’est précipité vers les établissements de don de sang. «Nous avons lancé un appel au don de sang dès samedi à 2 heures du matin, suite auquel les Marocains ont répondu en masse dès les premières heures. Un élan de solidarité incroyable, avec un flux exceptionnel, puisque nous avons récolté plus de 600 poches de sang. Ce qui exprime tout simplement l’esprit, l’éducation et la culture du vrai marocain. Nous avons dépassé les objectifs que nous nous étions fixés au départ, ce qui ne peut que rassurer les médecins mobilisés au niveau des urgences. La collecte du don de sang se poursuivra afin de subvenir aux besoins des victimes», dixit Mahmoud Abrach, cadre de santé et surveillant général au Centre régional de transfusion sanguine de Marrakech. Une générosité sans limites. En plus des dons de sang, les citoyens marocains se sont mobilisés en masse pour collecter des vêtements, des couvertures, des tentes, des produits alimentaires et d’autres biens de première nécessité au profit des victimes. Objectif : parvenir à offrir à toute personne concernée par cette tragédie les moyens nécessaires à la survie en attendant que leur demeure soit reconstruite grâce aux efforts déployés par l’Etat. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 13 Juillet 2024

Secteur de l’habillement : Le repli des exportations vers l’UE «ne doit pas inquiéter»

Vendredi 12 Juillet 2024

Croissance : Quid de la transformation économique ?

Jeudi 11 Juillet 2024

Journée mondiale de la population: Le HCP revient sur les principaux objectifs du RGPH 2024

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required