Politique Tout voir

Hamas – Israël: «Ce conflit peut conduire à un embrasement généralisé»

Hamas – Israël: «Ce conflit peut conduire à un embrasement généralisé»

L’escalade des violences dans la bande de Gaza aurait fait 10.022 morts, dont 4.104 enfants.

La situation devient de plus en plus critique, avec en toile de fond une crise humanitaire aigue.

Entretien avec Amar Dib, écrivain, sociologue, juge et médiateur international.

 

Propos recueillis par Ibtissam Z.

Finances News Hebdo : Comment qualifiez-vous la réaction des pays occidentaux vis-à-vis de ce conflit ?

Amar Dib : La réaction des pays occidentaux (principalement les États-Unis, la France, l’Angleterre et l’Allemagne) face au conflit actuel israélo-palestinien pourrait s'expliquer par une forme de culpabilité historique liée au drame de la Shoah. Il y a par ailleurs le fait que les diasporas juives dans ces pays sont riches, puissantes et très influentes. Elles se répercutent grandement et ouvertement sur la politique extérieure de ces pays, qui ne disposent plus de véritables dirigeants capables d'assumer des choix difficiles.

 

F.N.H. : Qu’en est-il de la France ?  

A. D. : Pour la France, où un racisme systémique contre les arabo-musulmans s'est installé depuis au moins dix ans, nous sommes confrontés à une organisation politico-médiatique qui profite de ce conflit. Et ce, pour promouvoir une idéologie raciste et mortifère faite d'amalgames faciles qui permettent de tout confondre : islam et islamisme, résistance et terrorisme, croyance et fanatisme, etc. C'est très pratique lorsque l'on veut propager la haine.

 

F.N.H. : Le tweet de soutien de Karim Benzema aux Palestiniens a soulevé un tollé dans l’Hexagone. On lui prêt un lien avec les frères musulmans. Qu’en ditesvous ? 

A. D. : Nous sommes obligés de reconnaître que l'attaque contre Karim Benzema est scandaleuse. S'en prendre de cette façon à l'un des trois footballeurs français les plus reconnus et plement parce qu’il est maghrébin et qu'il a témoigné de son émotion face au massacre d'enfants palestiniens est tout simplement honteux. Cette manière d'agir révèle encore une fois le racisme latent qui gangrène notre société et qui s'exprime ouvertement à cette occasion.

F.N.H. : La France a toujours eu une relation privilégiée avec le monde arabe. Mais avec sa politique extérieure actuelle, celle de Macron, elle a fait en sorte de perdre cette audience à cause de son alignement systématique avec ses alliés, notamment les Etats-Unis… 

A. D. : Oui, je crois que l'on peut dire que la politique arabe de la France a totalement sombré depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Élysée en 2007, et son alignement sur la politique étrangère américaine. Depuis, la France a véritablement perdu son influence non seulement au Moyen-Orient et au Maghreb, mais également dans une grande partie de l'Afrique et du monde. Emmanuel Macron comme François Hollande ont persisté dans cette erreur, et se sont montré incapables d'établir une autre politique. C'est vraiment regrettable pour l'équilibre des forces et le maintien de la paix dans le monde, car par le passé la France avait une voix qui portait. Aujourd'hui, avec le bloc des Brics clairement opposé aux États-Unis,

la France se retrouve embarquée dans une opposition qu'elle subit et qui risque de lui coûter cher sur le plan diplomatique.

 

F.N.H. : Selon «Save the Children», le nombre d’enfants tués à Gaza a dépassé celui annuel d’enfants tués dans les zones de conflit du monde depuis 2019 (4.104 enfants sont décédés à Gaza, pour une trentaine d’enfants du côté israélien). Devant ces chiffres, comment expliquez-vous ce mutisme de la communauté internationale ?  

A. D. : C’est très surprenant ce silence assourdissant, notamment de la part des dirigeant arabes, qui semblent incapables de prendre des décisions ou des mesures susceptibles d'arrêter ce massacre d'enfants ! La rue de ces pays s'exprime, se révolte, mais eux apparaissent impuissants. Même le secrétaire général des Nations unies a réagi et dénoncé ces terribles bombardements, en qualifiant de colonisation scandaleuse l'occupation militaire des territoires palestiniens par Israël. A contrario, plus de 1 milliard 500 millions de musulmans restent des spectateurs impuissants et impotents devant ce drame... C'est affligeant !

 

F.N.H. : Le Président Macron a fait une tournée à Tel-AvivRamallah-Jordanie, puis au Caire. Dans ce conflit, l’Hexagone a-t-il du poids ?  

A. D. : La politique extérieure de la France depuis au moins 15 ans dans cette région a rendu sa parole inaudible auprès des pays du Moyen-Orient. Parmi tous les hommes et les femmes politiques français qui s'expriment sur cette situation, seules les voix d'un Dominique de Villepin ou d'un Jean-Pierre Chevènement nous rappellent que la France fut une grande nation, qui savait en son temps s'opposer au diktat américain et affirmer son point de vue...

 

F.N.H. : La France Insoumise (LFI) de Jean-Luc Mélenchon est montée au créneau pour dénoncer le massacre perpétré contre les civils. Cette voix de l’opposition divise la France. Quelle lecture en faites-vous ?  

A. D. : Pour ma part, d'un point de vue politique, j'ai toujours été de centre droit et je le suis encore aujourd'hui. Mais je dois reconnaître que concernant le développement de l'islamophobie et du racisme en France, seuls les parlementaires de LFI se font entendre pour les dénoncer. Là où le PS et le PC sont aphones (Jean Jaurès doit se retourner dans sa tombe)... Et concernant le conflit israélo-palestinien, c'est la même chose. Une grande partie des parlementaires français, majoritairement aveuglés par l'opportunisme, affiche son soutien indéfectible à Israël, et sur-

tout à son Premier ministre d'extrême droite Benyamin Netanyahu... Ce qui me paraît assez incongru de la part d'un pays qui se proclame comme étant «la patrie des droits de l'Homme».

 

F.N.H. : La France semble donner une image de celle qui ne se soucie plus de la situation des Palestiniens depuis l’ère Jacques Chirac. Est-elle capable de rectifier le tir à l’heure où tout s’embrase ?  

A. D. : Effectivement, la France a perdu beaucoup de terrain dans le domaine de la diplomatie internationale. Le monde a changé et nous n'avons pas su nous renouveler et nous adapter à ce changement. L'alignement systématique de la France et son attentisme aveugle ne peuvent pas lui permettre d'exister dans le concert des nations, et encore moins au Moyen-Orient... Elle doit de nouveau s'émanciper de la politique américaine et proclamer ses choix. On peut rappeler ici qu'en 1996, à l'occasion d'un voyage en Israël, Jacques Chirac avait montré physiquement, et d'une manière spectaculaire, qu'il ne souhaitait pas se faire dicter son attitude à l'égard des Palestiniens par les services de sécurité israéliens. Il avait bousculé tout le monde pour rencontrer les Palestiniens. Les images de cette scène avaient fait le tour du monde et avaient offert à la France un poids et une notoriété colossaux dans la région.

 

F.N.H. : Comment la France en est-elle arrivée là ?  

A. D. : Simplement parce que des forces agissantes œuvrent quotidiennement depuis au moins dix ans pour faire de l'islam et du musulman en particulier l'ennemi opportun des Français et de la République. Cela permet à ces forces de l'ombre d'offrir au peuple français un bouc émissaire idéal que l'on rend responsable de tous les maux : la dette publique, le chômage, le réchauffement climatique, les embouteillages, la délinquance, la neige, la pluie, le froid, etc. Et comme ce pays ne dispose plus de grands dirigeants en capacité de s'opposer à cette infamie, nous en sommes là !

 

F.N.H. : L’Elysée entend s'attaquer au problème de l'influence des Etats étrangers sur le culte musulman en France. De ce fait, Macron et Darmanin font de l’«islam consulaire» leur cheval de bataille. Quelle lecture en faites-vous ?  

A. D. : Lutter contre l'islam consulaire, c'était un effet d'annonce du ministre de l'Intérieur afin de décréter unilatéralement et de justifier la fin du Conseil français du culte musulman (CFCM). Ainsi, il avait le champ libre pour la création du Forum de l'islam de France (Forif), censé lui succéder... Une immixtion de l'Etat dans l'organisation du culte musulman qui est contraire aux valeurs et aux principes républicains. Une manière d'agir qui laisse penser que les musulmans de France sont des majeurs incapables, ou même des supplétifs, auxquels il faut baliser la voie à suivre et même contraindre à l'obéissance...

 

F.N.H. : Les violences et les tensions sont extrêmes au Proche-Orient. A votre avis, le monde se dirige-t-il vers une 3ème guerre mondiale ?  

A. D. : Évidemment que ce conflit peut conduire à un embrasement généralisé, et peut-être même à une troisième guerre mondiale. Déjà, les ÉtatsUnis sont clairement engagés militairement aux côtés d'Israël, et nous savons que plus d'un milliard de musulmans sont aux côtés des Palestiniens, auxquels il faut ajouter les alliés des uns et des autres qui pourraient être directement ou indirectement impliqués dans ce conflit. Nous avons là tous les ingrédients d'une configuration géopolitique qui pourrait potentiellement produire un conflit à l'échelle planétaire. Il est vrai que ce conflit a montré d'une manière éclatante, avec plus de 10.000 morts, principalement des civils, combien Israël ne respecte ni la vie des civils palestiniens, ni les conventions de Genève, ni les résolutions de l'ONU, ni le droit international. Le monde découvre la barbarie de cet État qui, protégé par les États-Unis, s'autorise toutes les dérives. Personnellement, je pense que tous les Israéliens et tous les juifs de la planète doivent comprendre que Benjamin Netanyahu les conduit vers la catastrophe et vers un isolationnisme préjudiciable et durable. À la suite de tous ces bombardements de civils, beaucoup de pays ont rappelé leurs ambassadeurs ou sont en passe de le faire, donc une rupture diplomatique programmée avec de nombreuses nations. Par ailleurs, la cause palestinienne n'a jamais été aussi populaire et aussi soutenue dans le monde que depuis qu'Israël a bombardé la bande de Gaza. Le drame humanitaire dans lequel l'armée israélienne a plongé les Palestiniens fait de cette population des héros et des combattants de la liberté reconnus et admirés dans le monde entier. 

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 10 Juillet 2024

Le Maroc signe un accord d'un milliard de dollars avec Israel Aerospace Industries pour des satellites espions

Vendredi 05 Juillet 2024

Génocide à Gaza : La politique de la terre brûlée

Mardi 25 Juin 2024

ONU : Situation alimentaire toujours "catastrophique" pour 495.000 personnes à Gaza

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required