Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Sahara : Les premières indiscrétions du rapport de Ban Ki-moon

Sahara : Les premières indiscrétions du rapport de Ban Ki-moon

Mardi 19 Avril 2016 Par Laquotidienne

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, vient de publier son rapport annuel très attendu sur le Sahara.

Le site Morocco Word News a pu accéder à une copie préliminaire du rapport, dont la diffusion au public est prévue mercredi. Principaux faits saillants. 

Prolongation du mandat de la MINURSO
Selon Morocco Word News, le rapport semble assez équilibré et neutre et Ban Ki-moon n'a pas adopté une position hostile envers le Royaume du Maroc. Il appelle à la prolongation du mandat de la MINURSO jusqu'au 30 avril 2017. «Le risque d'une rupture de la trêve et la reprise des hostilités (....) va croître de manière significative dans le cas où la MINURSO est contraint de partir ou se trouve dans l'impossibilité d'exécuter son mandat", note le rapport.

Des regrets
Dans le deuxième paragraphe de son rapport, Ban Ki-moon dit qu'il regrette le malentendu causé par son utilisation du terme «occupation» pour décrire la présence du Maroc au Sahara. Il souligne que sa déclaration controversée ne visait pas à prendre le parti du Polisario ou d'exprimer une hostilité envers le Maroc. 

L'auto-détermination sur la table
"Le moment est venu d'engager des négociations sérieuses sans conditions préalables et de bonne foi pour parvenir à une solution politique mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination (...)", dit Ban Ki-moon. "Cette solution politique doit inclure la résolution du différend sur le statut du Sahara (...), y compris par un accord sur la nature et la forme de l'exercice de l'autodétermination", souligne-t-il.

Engager l'Algérie et la Mauritanie dans le processus politique
En outre, et contrairement aux rapports précédents, le chef de l'ONU appelle l'Algérie et la Mauritanie à prendre part à ce processus. "L'Algérie et la Mauritanie, les pays voisins, peuvent et doivent apporter une contribution importante à ce processus», dit-il.  

Quid des détournements de l'aide humanitaire ?
Par ailleurs, Ban Ki-moon ne fait aucune mention de la nécessité d'établir un mécanisme de surveillance des droits de l'homme au Sahara et dans les camps de Tindouf. Mais le rapport prend en compte les appels lancés par le Maroc à l'ONU pour procéder à un recensement des Sahraouis dans les camps de Tindouf. Tout en soulignant que la communauté internationale doit continuer à apporter un soutien humanitaire aux Sahraouis dans les camps, il appelle à l'enregistrement des Sahraouis.
Pour autant, Ban Ki-moon omet de parler du détournement de l'aide humanitaire destinée aux Sahraouis dans les camps de Tindouf. Un rapport publié par l'Office de lutte antifraude de l'Union européenne, en février 2015, a pourtant montré l'implication de l'Algérie et du Polisario dans cette activité criminelle à grande échelle.

 

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Partage RéSEAUX SOCIAUX

Autres Articles