Plus d'infos Tout voir

Palestine - Israël : La paix, une douce illusion

Palestine - Israël : La paix, une douce illusion

L'évolution du conflit israélo-palestinien, marquée par l'intensification des violences dans la bande de Gaza, soulève une fois de plus la nécessité impérieuse d'une solution durable. Au cœur de cette quête perpétuelle de paix, réside l’impératif de parvenir à une solution à deux États, une voie qui offre un espoir de stabilité et de prospérité pour les peuples israélien et palestinien.

La création d'un État palestinien, avec Jérusalem-Est comme capitale, semble être la seule issue pour assurer la stabilité dans la région. Cette solution, longtemps prônée par la communauté internationale, demeure la voie la plus réaliste pour mettre fin à un conflit qui a trop duré. Le discours adressé samedi dernier par le Roi Mohammed VI aux participants à la 15ème Conférence au sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Banjul, en Gambie, va dans ce sens.

Le Souverain, en tant que Président du Comité Al-Qods, soutient non seulement de façon indéfectible la cause palestinienne, mais incarne également le leadership régional dans la quête d'une solution pacifique à ce conflit. C’est pourquoi il souligne l'urgence d'une action concertée pour mettre fin à l'agression contre Gaza et promouvoir la paix dans la région, tout en exhortant «à la création des conditions favorables pour relancer un véritable processus de paix, débouchant sur la solution à deux États convenue au niveau international».

Et le Roi d’ajouter que «(…) le discours sur l’avenir de la bande de Gaza n’est cohérent que si cessent les hostilités et que si les souffrances du peuple palestinien sont soulagées. En effet, la bande de Gaza fait partie intégrante des territoires palestiniens unifiés et constitue donc une affaire palestinienne. Elle se doit, de ce fait, selon la vision de la solution à deux Etats et conformément aux résolutions internationales pertinentes, de vivre dans la paix et de jouir de l’indépendance».

Cependant, la voie vers la paix est entravée par l'intransigeance du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Son refus obstiné de considérer sérieusement une solution à deux États témoigne d'une volonté politique basée sur la répression plutôt que sur la «réconciliation». Les conséquences de cette politique sont dévastatrices, avec une escalade des violences qui fait des milliers de morts et de blessés, principalement du côté palestinien. Les images déchirantes de civils innocents tués dans des attaques aveugles nourrissent la colère et tendent à ensevelir toute perspective de paix.

D’autant qu’elles creusent les divisions politiques et les rivalités historiques entre Israéliens et Palestiniens. De plus, les intérêts géopolitiques régionaux et internationaux, ainsi que les désaccords persistants sur des questions telles que les frontières, les colonies et le statut de Jérusalem ajoutent une dimension complexe à la recherche d'une solution durable. D’où ce constat : la paix entre Israël et la Palestine reste un vœu pieu. 

 

 

D.William

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 27 Mai 2024

Gaza : Les décisions de la CIJ doivent être appliquées

Mercredi 22 Mai 2024

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège vont reconnaître un Etat palestinien

Mardi 21 Mai 2024

Déportation des populations de Rafah : L’exode infini des Palestiniens

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required