Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Secteur de la pharmacie : Les promesses de Doukkali

Secteur de la pharmacie : Les promesses de Doukkali

Samedi 02 Mars 2019 Par Laquotidienne

Le ministre de la Santé, Anass Doukkali, a affirmé, vendredi soir à Marrakech, que la pharmacie est "l’un des maillons forts de notre système national de santé", soulignant qu’elle joue un rôle important dans le domaine de la santé publique.

Doukkali, qui intervenait à l’ouverture du Salon "Officine Expo 2019" au Palais des Congrès de la cité ocre, a précisé que la place des pharmaciens fait partie des priorités de la politique du ministère.

Doukkali admet cependant que le secteur de l’officine connaît, aujourd’hui, de vraies difficultés qui menacent la pérennité et les missions essentielles de ce dispositif national.

Dans ce cadre, il reste à l’écoute des propositions des pharmaciens et mettra tout en œuvre pour accompagner le secteur du médicament, vital et prioritaire, pour l’aider à sortir de cette situation, promet-il.

"Nous avons engagé une profonde réflexion sur la réforme de notre système de santé national conformément aux hautes directives royales et de nouveaux scénarios de réforme dans le sillage de la transformation de la Direction du médicament et de la pharmacie, avec engagement à créer l’Agence du médicament et des produits de santé", a-t-il poursuivi.

Son département a ainsi entamé le dialogue avec les organismes professionnels et les représentants de la profession, en associant la Direction générale des impôts (DGI). Ce dialogue a abouti à la mise sur pied de trois sous-commissions, avec de premiers résultats obtenus.

Et le ministre d’expliquer que cinq projets de lois sont finalisés et mis dans le circuit d’approbation concernant la pharmacopée, la pharmacovigilance, le conseil de l’Ordre, la biodisponibilité, et l’inspection, alors que d’autres textes suivront (Dahir de 1922 sur les stupéfiants, révision de la loi 17/04 et les textes d’application en souffrance...).

Se disant conscient de la nécessité d’appuyer les pharmaciens pour faire face à la situation qu’ils traversent, Doukkali a affirmé que son département "a fait de nombreuses propositions dans ce domaine et pris des mesures, dont la dernière en date est l’exonération de la TVA pour les tranches T3 et T4, les plus chères, que nous comptons étendre à tous les médicaments et dispositifs médicaux essentiels".

Il a aussi rappelé qu’il a été procédé au lancement d’une étude de l’impact de l’application du décret de fixation des prix sur le secteur avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), avec éventuellement une future révision de ce décret, ajoutant que d’autres pistes seront explorées : rémunération des services rendus à la santé publique, droit de substitution…

Notant que le circuit pharmaceutique a connu de nombreuses dérives qui mettent en danger la sécurité des citoyens (médicaments vendus hors circuits, pratiques commerciales illégales et anti-déontologiques, facturations abusives…), Doukkali a indiqué avoir tenu récemment une réunion avec les directeurs généraux et les pharmaciens responsables des établissements pharmaceutiques industriels et grossistes répartiteurs pour appeler au strict respect de la loi et des règles régissant ce domaine.

Un projet de circulaire concernant le respect des dispositions législatives et réglementaires relatives à la dispensation et à la facturation des médicaments par les cliniques privées et établissements assimilés a été élaboré et sera diffusé incessamment, ajoute-t-il.


 
 
 
 

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
santé
Partage RéSEAUX SOCIAUX