Société Tout voir

La Bande à Bono

La Bande à Bono

On ne peut occulter ce que l’on a vécu ces deux derniers mois, sans que je ne consacre un papier pour décrire la charge émotionnelle ressentie.

Le voyage durera l’espace de quelques titres qui ont jalonné, à travers le temps, la fabuleuse carrière de la Bande à Bono, plus connue sous l’appellation U2, qui nous a bercés tout au long de notre jeunesse. Une «band» mythique, mystique, artistique, et qui a laissé sa trace indélébile. 

Tout comme cette «band» 2022 qui a fait sortir les Marocains quatre fois dans la rue pour scander des messages de gloire, de triomphe et d’apothéose.

1. One (1991)

Au-delà d’une simple partie de foot qui se termine au bout de 90’ par un gagnant ou un perdant, l’unicité du peuple autour d’un But Transformateur Massif (Massive Transformative Purpose) n’a pu se faire qu’à travers ce jeu fini dans une partie infinie, dont l’impact a dépassé les frontières pour gagner des cœurs, des nations et des peuples que, jusqu’à hier, peu de sujets unissaient ! Je n’aime pas ce clanisme qui va imposer des frontières en parlant d’un Maroc représentant l’Afrique, les Arabes ou les Musulmans «uniquement», nous représentons le monde. Notre pays et notre culture s’inscrivent dans une dimension universelle, qui a fait que tout le monde s’est retrouvé représenté dans cette équipe et par cette équipe en rouge et vert développant un jeu sorti de nulle part ! Enfin, Non ! Sorti du cœur, de la sueur, et de l’engagement. «One» est le meilleur mot qui puisse définir l’Union et l’Unicité de ce peuple réuni en un «One love, One blood, One life».

2. Sunday Bloody Sunday (1983)

Dimanche 27 Novembre – Maroc / Belgique : 2 - 0

Un dimanche pas comme les autres, des foules en liesse sont sorties comme un seul Homme avec un grand «H», célébrer cette victoire contre l’une des plus grandes nations du Foot, favorite pour le sacre mondial. Mais c’était sans compter sur la Niaque et la Grinta de ces lions aux crocs longs et aiguisés voulant marquer leur temps, ici, là et maintenant, dans un présent qui a duré plus qu’il n’en fallait, qui a résisté au passé, en s’éternisant. Ce fut le début de la saga de fièvre qui a gagné toutes les villes du Maroc, et dans le monde. Certains ont vécu l’expérience de 1986, mais d’autres non, et cela était le meilleur cadeau qu’on pouvait offrir à cette génération montante en matière de patriotisme, de loyauté et d’allégeance.

 

I can't believe the news today

Oh, I can't close my eyes and make it go away

How long, how long must we sing this song?

How long? How long?

 

3. Where the Streets Have No Name (1987)

Les marées humaines n’attendaient que le coup de sifflet final pour submerger les boulevards, les avenues et les rues. Elles avaient oublié, le temps de nuits mémorables, leurs noms, leurs identités, occulté leurs titres et distinctions, chacun devenant Monsieur ou Madame Tout le Monde, s’embrassant, riant, saluant, prenant dans ses bras son voisin de trottoir, sans a priori… Un autre type de relation sociale ressuscité, dont nos parents nous parlaient, enfin rétabli, renouvelé. Anonymes nous étions, tout comme nos rues, nos boulevards, nos avenues !

 

I wanna run, I want to hide

I wanna tear down the walls

That hold me inside

I wanna reach out

And touch the flame

Where the streets have no name

 

4. With or Without You (1987)

Ce sera la réponse de la Bande à Bono à tous ceux qui n’ont pas cru en ce projet d’avenir, jeune et en pleine croissance, qui n’ont pas cru en ce potentiel en plein développement, mais aussi qui n’ont pas cru en ce parcours fabuleux qui a atteint ce niveau inatteignable par le commun des pessimistes.

Ce sera aussi la réponse de la Bande à Bono à cet arbitrage, sur lequel je ne veux pas polémiquer afin de ne pas lui donner plus qu’il ne mérite; désormais, il faut l’intégrer en tant que contrainte constante dans tout projet. La vie est loin d’être un chemin parfait, parsemé de bienveillance. «Cé po juste» comme dirait Titeuf, et c’est la meilleure leçon à inculquer à nos enfants et à nos jeunes : que le « juste » et le parfait font partie de la cité idéale de Platon. 

5. New Year’s Day (1999)

Ce 20 Décembre 2022 peut être considéré comme étant le Jour du Nouvel An, arrivé en avance cette année, car la foule en joie sortie dans les rues de Rabat pour scander des chants à la gloire de ses héros, laisse penser à un jour de triomphe. Et c’en est un, car être célébré par son Roi, en compagnie de ces vaillantes mamans, il faut vraiment que ce soit Le jour le plus important de sa vie.

Pour ces joueurs, pour ces mamans, pour nos mamans, pour nos parents, pour ces jeunes en quête d’un idéal, désormais, il est là devant eux, fruit de travail, d’abnégation, de dévouement, d’engagement… Il n’y a que cela qui paye ! Il n’y a que cela qui reste !

La réception des gladiateurs par leur Roi est une coutume qui se perpétue dans le temps, et c’est l’un des axes fondamentaux de l’Infinite Game, que nous jouons, que nous défendons et que nous inculquons à notre jeunesse. Jouer un match de Foot, c’est beau, c’est Fini (90 ou 120 minute au plus), se faire décorer par son Roi, c’est Infini, c’est éternel.

 

And so we're told this is the golden age

And gold is the reason for the wars we wage

 

6. Beautiful Day (2001)

On en a vécu plusieurs, transcendés, enivrés, dépassés par les évènements. La charge émotionnelle nous a donné des ailes, et promis que l’on peut faire la même chose dans de nombreux autres domaines. L’éducation, la santé, la justice… ont tous besoin de leurs « beautiful days » ! Et Si on se lançait là, ici, maintenant ? Un adage africain dit «le meilleur moment pour planter un arbre, c’était il y a vingt ans, le deuxième meilleur moment, c’est maintenant». Et Si chacun plantait son arbre dans l’éducation, la santé, la justice, la bienveillance, la citoyenneté… ? Et Si on organisait cette coupe du monde ? Et Si on engageait des centaines de coachs capables de nous mener à bon port ? Et Si toutes les fédérations avaient un président prêt à prendre la responsabilité et les décisions qu’il faut ? Ces fédérations mettront le Maroc sur l’orbite de ce troisième millénaire en matière de développement et de croissance. Ce ne sont pas que des « Si », et ce n’est pas qu’un rêve, il fait jour, et on a le droit d’exiger, d’agir et de réagir quand il le faut, il suffit de vouloir et de croire !

 

See the Bedouin fires at night

See the oil fields at first light

And see the bird with a leaf in her mouth

After the flood all the colours came out

 

7. Magnificent (2009)

Que dire, après ces six titres chantés d’un air magnifique par la Bande à Bono ? Continuez à nous émerveiller ! Le message est adressé à notre Bande à Bono, de son prénom Yassine. Nous continuons à avoir la foi. « Allah, Al Watan, Al Malik » est notre magnifique titre musical, qui unit notre peuple, et qui est chanté like « One ».

 

I was born, I was born to be with you

In this space and time

After that and ever after

 

Mohamed SAAD

Infinite Gamer

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 22 Juin 2024

Report de la CAN Maroc 2025 : Ce qu’en dit Lekjaa

Vendredi 21 Juin 2024

Officiel : Changement de date de la CAN Maroc 2025

Jeudi 20 Juin 2024

Décès de l'ex-joueur du Wydad, Mehdi Dghoughi

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required