Société Tout voir

Mariage précoce: «Bigger entend combler toutes les lacunes sur le mariage des enfants d’ici 2025»

Mariage précoce: «Bigger entend combler toutes les lacunes sur le mariage des enfants d’ici 2025»

«Building a Greater Girls’ Rights», plus communément connu sous le nom de Bigger, est un mouvement qui a fait du mariage des mineures son cheval de bataille.

Lancé en 2015 par l’association marocaine Project Soar, en collaboration avec le groupe de plaidoyer Mobilizing for Rights Associates (MRA), Bigger ne lésine pas sur les efforts pour faire évoluer le statu quo et inciter les politiques à modifier les articles 20 et 21 du Code de la famille qui autorisent les unions précoces.

Entretien avec Maryam Montague, fondatrice et directrice exécutive de Project Soar.

 

 

Finances News Hebdo : Parlez-nous du mouvement Bigger…

Maryam Montague : Project Soar opère dans les communautés marginalisées depuis 7 ans. Notre objectif principal était de garder les filles à l’école en les responsabilisant et en les éduquant sur les effets négatifs du mariage des enfants. Au fil des ans, il est devenu clair que le mariage des enfants est une colère qui menace l’avenir des adolescentes et leur droit à l’éducation. En conséquence, Project Soar et Mobilizing for Rights Associates ont lancé le mouvement Bigger, qui se consacre à combler toutes les lacunes sur le mariage des enfants d’ici 2025. Conformément à l’article 19 de la Moudawana, l’âge légal pour se marier est fixé à 18 ans.

Toutefois, les articles 20 et 21 prévoient des exceptions qui pourraient être utilisées de manière inadéquate. En effet, les statistiques montrent que 14% des filles au Maroc sont mariées avant l’âge de 18 ans. Bien qu’un mouvement de plaidoyer contre le mariage des enfants ne soit pas nouveau, le mouvement Bigger est unique, car il déploie des adolescentes marocaines pour se battre pour leurs propres droits et exprimer leurs idées au lieu de parler en leur nom. Le mouvement Bigger se compose de différentes étapes et activités :

• Formation de plaidoyer Bigger : formation de plaidoyer d’une durée de 5 jours en faveur de 20 diplômés de Project Soar de 10 sites différents, en collaboration avec Mobilizing Rights Associates (MRA). La formation visait à autonomiser les filles et à les sensibiliser au plaidoyer, au mariage des enfants et à la prise de parole en public.

• Mini-formations : Ces 20 Soar Girls formées serviront de défenseurs locaux en mobilisant 150 autres filles dans 10 endroits de base et en partageant les connaissances acquises au cours de la formation.

• Soar Community Dialogues : Après la mini-formation, les filles tiendront des réunions communautaires où elles inviteront les parties prenantes, les parents, les jeunes et d’autres adolescentes de leur communauté à discuter de la question du mariage des enfants et de son impact négatif sur la communauté.

• Voyages à Rabat : La dernière étape de Bigger est d’accompagner les filles lors de voyages pour rendre visite aux parties prenantes et aux décideurs afin de présenter leurs amendements à la loi et de se battre pour leurs droits acquis. Le mouvement Bigger vise à déployer des filles pour exprimer leurs idées et se battre pour ellesmêmes. Nos Soar Teen Girls sont capables de réaliser le changement qu’elles veulent réaliser en défendant leurs intérêts et ceux de toutes les adolescentes du pays.

 

F. N. H. : Concrètement, quelles sont les actions menées par votre mouvement pour lutter contre le mariage des mineurs ?

M. M. : 20 filles de 10 sites différents au Maroc, dont Tantan, Sidi Slimane, Marrakech, Ouled Teima et d’autres, ont assisté à la formation de plaidoyer qui s’est tenue à Marrakech en avril et à une autre formation de plaidoyer dirigée par des associés de Mobilizing Rights Associates pour les droits et des coordinateurs de Project Soar. La formation comprenait plusieurs ateliers sur le plaidoyer, le processus législatif et les statistiques sur le mariage des enfants au Maroc. En outre, une enquête a été distribuée pour obtenir les suggestions des filles sur les amendements nécessaires aux articles 20 et 21. Project Soar et ses Soar Grads (diplômées) estiment que le changement devrait venir de l’intérieur, c’est pourquoi Bigger Mouvement a été conçu pour engager le combat tout en exigeant le changement. Ainsi, viennent les mini-formations et les dialogues communautaires Soar, au cours desquels les Soar Grads ont formé d’autres bénéficiaires de leur communauté et ont partagé le sondage avec elles pour recueillir leurs opinions lors de la rédaction des amendements. Les membres de la communauté, à savoir les parents, les jeunes et les acteurs locaux (Moqaddam, enseignants, ONG) se sont réunis pour discuter de ce sujet et de son impact sur l’économie, l’éducation et la société dans son ensemble.

Les réunions communautaires Soar sont généralement assurées par les mères et les pères Soar. Voici la pensée d’une mère sur le mariage des enfants : «J’ai toujours soutenu ma fille pour qu’elle ne se marie pas et n’arrête pas ses études, mais beaucoup de parents ne font pas la même chose, c’est pourquoi nous devons sensibiliser davantage à ce sujet.» Le mouvement Bigger comprend également une pétition internationale pour aider à combler les lacunes sur le mariage des enfants d’ici 2025; une enquête auprès des filles pour recueillir leurs avis sur les amendements qu’elles souhaitent apporter aux articles 20 et 21 et une campagne sur les médias sociaux pour sensibiliser la société marocaine à ce sujet. Cependant, le Mouvement Bigger est plus grand que cela. En effet, notre prochaine étape est de rencontrer des groupes parlementaires, des ministères, des organisations de la société civile et tous les partis concernés par la modification de la Moudawana. Nos diplômées Soar dirigeront ces réunions et représenteront les adolescentes de tout le pays.

 

F. N. H. : Quelle interprétation faites-vous des articles 20 et 21 du Code de la famille ?

M. M. : Alors que l’article 19 de la Moudawana stipule clairement qu’une personne mineure n’est pas autorisée à se marier avant son 18ème anniversaire, les articles 20 et 21 donnent au juge des affaires familiales la liberté d’accorder l’autorisation de mariage dans des circonstances «spéciales». Cependant, ces échappatoires sont utilisées pour marier des filles mineures pour diverses raisons, notamment celles liées à des difficultés économiques ou aux idées patriarcales conservatrices (précarité et piété). Ces articles ne mentionnent pas spécifiquement de limite d’âge minimum, ce qui a conduit des filles aussi jeunes que 15 et 14 ans (4% des mariages sont des filles âgées de 14 ans ou moins) à se marier, soit en simulant des «circonstances spéciales» ou en falsifiant des certificats de naissance et d’autres documents.

La clémence et le flou qui entourent les articles 20 et 21 sont des failles de la Moudawana qui sont à l’origine du nombre croissant d’autorisations de mariage accordées chaque année aux mineurs. En 2004, 4% des autorisations de mariage d’enfants ont été accordées et en 2013, ce taux est passé à 13,5%. Le mariage précoce ne menace pas seulement l’éducation, la santé physique et mentale des filles, mais également la société dans son ensemble, compte tenu du nombre élevé de cas de divorce et de violence auxquels sont confrontées les jeunes filles mariées. Le mouvement Bigger vise à combler toutes les failles juridiques, en rendant les articles 20 et 21 plus précis et clairs  : aucune fille de moins de 17 ans ne devrait pouvoir se marier, quelles que soient les circonstances.

 

F. N. H. : Votre ambition est de faire disparaître les failles juridiques du mariage des mineurs au Maroc d’ici 2025. Où en êtesvous ?

M. M. : Project Soar lutte contre le mariage des enfants localement, dans différentes régions du Maroc, en autonomisant les filles et en les encourageant à rester à l’école et à accéder à l’enseignement supérieur. Nous nous concentrons sur les filles, les parents et les membres de la communauté (et nous le sommes toujours). Cependant, le mouvement Bigger a également pour objectif de passer à l’étape suivante et de défendre les droits des filles au niveau national. Jusqu’à présent, nous avons formé environ 100 filles à une formation spécialisée en plaidoyer (initiée par des partenaires juridiques du groupe MRA) et nous avons lancé une campagne nationale de sensibilisation qui a déjà fait la Une des journaux. Les filles continuent de sensibiliser leurs pairs à ce sujet et de raviver la flamme dans leurs communautés. Notre prochaine étape dans ce mouvement est d’armer ces filles avec les amendements juridiques, rédigés en collaboration avec des avocats de MRA, et de les présenter au Parlement à l’automne prochain.

Les filles apportent les modifications aux articles 20 et 21 de la Moudawana en répondant à notre enquête Bigger. Ces modifications comprendront la suppression de toute possibilité de mariage avant l’âge de 17 ans; le futur mari doit avoir un casier judiciaire vierge; un assistant social devrait procéder à une évaluation approfondie du futur mari et d’autres modifications pour assurer la sécurité et le bien-être des filles au cas où elles venaient à se marier à l’âge de 17 ans. Les modifications finales proposées seront terminées d’ici août 2022 et présentées au Parlement et aux ministères concernés à l’automne 2022. Le changement juridique pourrait être un processus lent, mais nous sommes armés d’espoir et déterminés à modifier les articles 20 et 21 de la Moudawana dans 4 ans. Avec l’aide des Soar Girls, nous sommes certains que nous ouvrirons la voie qui mène à notre objectif de mettre fin au mariage des enfants au Maroc.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 03 Octobre 2022

Nizar Baraka lance les travaux d’extension du port de Jebha au profit de 300 pêcheurs et de leur famille

Dimanche 02 Octobre 2022

Feuille de route du tourisme: Des chiffres et des lettres

Samedi 01 Octobre 2022

Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required