International Tout voir

Les cinq passagers du submersible perdu dans l'Atlantique sont morts

Les cinq passagers du submersible perdu dans l'Atlantique sont morts

Les cinq passagers du submersibles recherché depuis dimanche dans l'Atlantique nord, près de l'épave du Titanic sont morts, a annoncé l'entreprise dans un communiqué jeudi.

Les cinq passagers du submersibles recherché depuis dimanche dans l'Atlantique nord, près de l'épave du Titanic sont morts, a annoncé l'entreprise dans un communiqué jeudi.

"Nous estimons à présent que notre patron Stockton Rush, Shahzada Dawood et de son fils Suleman, Hamish Harding et Paul-Henri Nargeolet sont malheureusement morts", écrit OceanGate dans un communiqué.

Les garde-côtes américains ont de leur côté assuré que les débris du submersible retrouvés montraient que l'engin a subi une "implosion catastrophique".

Ils avaient annoncé précédement sur Twitter qu'un "champ de débris" avait été localisé "dans la zone de recherche par un ROV (Remotely Operated Vehicle, soit engin téléguidé, ndlr) près du Titanic", le célébrissime paquebot de croisière qui avait sombré il y a 111 ans au large des Etats-Unis et du Canada.

Les secouristes avaient évalué à 11:08 GMT ce jeudi l'heure à laquelle les passagers pourraient se trouver à court d'oxygène à bord du Titan, petit explorateur en eaux profondes de l'entreprise privée américaine OceanGate Expeditions. Porté disparu depuis dimanche, l'engin disposait d'une autonomie théorique de 96 heures en plongée.

L'annonce mercredi de la détection de bruits sous l'eau par des avions P-3 canadiens a suscité de l'espoir et orienté l'armada multinationale de sauveteurs dépêchés sur place, sans que l'origine des bruits ne soit déterminée.





Surveillance aérienne à l'aide d'avions C-130 ou P3, navires dotés de robots sous-marins: les moyens déployés notamment par les armées américaine et canadienne avaient continué jeudi d'arriver sur le site où est stationné le Polar Prince, le navire duquel est parti le submersible Titan.

L'Atalante, un navire de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), est arrivé sur place tôt jeudi, a-t-on appris auprès de l'institut. Il est doté d'un robot, le ROV Victor 6000, capable de plonger jusqu'à l'épave du Titanic qui gît par près de 4.000 mètres de fond.

Le Victor 6000 était le "principal espoir" pour une opération de secours sous-marine, avait déclaré aux journalistes Rob Larter, un expert du British Antarctic Survey (un organisme britannique de recherche basé à Cambridge).

La zone de recherches en surface s'étendait sur 20.000 kilomètres carrés.

Le Titan, long d'environ 6,5 mètres, a plongé dimanche et devait refaire surface sept heures plus tard mais le contact a été perdu moins de deux heures après son départ. Mardi midi, les garde-côtes américains avaient prévenu qu'il restait "environ 40 heures d'air respirable" à bord.


Depuis le début des recherches, des informations mettant en cause OceanGate sont dévoilées sur de possibles négligences techniques de l'appareil de tourisme sous-marin.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Juin 2024

IDE : «Un environnement fiscal compétitif peut attirer davantage d'investisseurs étrangers»

Jeudi 20 Juin 2024

La Cour des comptes participe au Sommet des institutions supérieures de contrôle des finances publiques du G20

Mercredi 19 Juin 2024

Trois projets de décret au menu du Conseil de gouvernement

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required