International Tout voir

Soudan: Sauve-qui-peut !

Soudan: Sauve-qui-peut !

Le Soudan a basculé dans le chaos et l’horreur depuis le samedi 15 avril, date à laquelle, dans leur quête de pouvoir, le général Abdel Fattah al-Burhane,  qui dirige l'armée, et le général Mohamed Hamdane Daglo, à la tête des paramilitaires de Forces de soutien rapide, ont choisi de s’expliquer par les armes.

Après plus d’une dizaine de jours de combats, le bilan est très lourd : pas moins de 460 personnes tuées et 4.063 autres blessées, selon le ministère soudanais de la Santé, en plus d’une sévère crise humanitaire.

Jusqu’à présent, les belligérants sont restés sourds aux appels de la communauté internationale pour l’arrêt des combats. Au mieux, ont-ils consenti, lundi, un cessez-le-feu de 72 heures pour permettre «l'ouverture de couloirs humanitaires et la facilitation du mouvement des civils».

C’était alors le sauve-qui-peut. Plusieurs pays ont en effet profité de cette trêve pour évacuer leurs ressortissants se trouvant dans ce pays. Le Roi a ainsi donné ses hautes instructions pour assurer le rapatriement des Marocains.

Les services de l’Ambassade du Maroc au Soudan ont, dans une première phase, organisé une caravane terrestre à partir de la capitale Khartoum à destination de la ville Port-Soudan, qui a bénéficié à plus de 200 ressortissants marocains.

Par la suite, un pont aérien a été établi en coordination avec la Royal Air Maroc pour assurer leur rapatriement dans les meilleures conditions : au total, 293 Marocains sont arrivés mercredi à l’aéroport Mohammed V.

De même, plus de 1.000 ressortissants de l'UE ont été évacués du Soudan, avait indiqué, lundi, le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Josep Borrell. Par ailleurs, environ 700 employés internationaux de l'ONU, d'ONG et d'ambassades ainsi que leurs familles «ont été évacués vers Port-Soudan», selon l'ONU.

Voilà donc le Soudan livré à lui-même. Voilà une population qui se voit privée d’électricité et qui est confrontée aux pénuries de nourriture. Voilà des milliers de Soudanais contraints de fuir leur pays pour se réfugier en Egypte, au Tchad ou encore au Soudan du Sud et fuir les violences.

Voilà deux généraux qui, à cause de leurs rivalités et de leur soif de pouvoir, ont fait basculer ce pays de 45 millions d’habitants dans l’horreur et menacent la stabilité de toute une région. Abdel Fattah al-Burhane et Mohamed Hamdane Daglo ont du sang sur les mains. A l’heure de la paix, la population saura-t-elle oublier tous ces civils innocents tombés sous les balles ?

 

Par D. William

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 03 Juin 2024

Les transferts des MRE à 36,8 Mds de DH à fin avril 2024

Vendredi 31 Mai 2024

Marhaba 2024 : Véhicules, détaxes, devises..., ce qui attend les MRE cette année

Mercredi 22 Mai 2024

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège vont reconnaître un Etat palestinien

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required