Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Coronavirus : La stratégie de gestion de crise du Maroc en trois axes

Vendredi 15 Mai 2020 Par Laquotidienne

► Face à la pandémie du Covid-19, un plan d’action a été établi autour de trois axes : santé, économie et ordre social, permettant ainsi d’atténuer les effets de la crise sur le tissu économique national.

► Chacun de ces champs a connu le concours des institutions publiques, du secteur privé ainsi que des membres de la société civile.

 

Les pays du monde entier ont aujourd’hui la lourde tâche de mettre en œuvre des stratégies de sortie de crise face au Covid-19.

Au Maroc également, tous les acteurs tentent de relever le défi du maintien de la viabilité économique, dans un contexte marqué par de fortes incertitudes. Ainsi, dans un récent rapport, «Policy Center for the New South» énumère le plan d’action du Maroc établi autour de trois axes, et qui sont la santé, l’économie et l’ordre social.

Dans chacun de ces champs, le concours des institutions publiques, du secteur privé et des membres de la société civile a permis jusque-là de limiter les dégâts et d’avoir un certain contrôle sur la pandémie.

 

La réponse sanitaire

Le volet sanitaire se base, selon ce rapport, sur une réaction anticipée et à double détente sanitaire et financière.

Des actions ont été très rapidement lancées pour minimiser la portée de la chaîne de contamination de l’épidémie, à travers notamment un verrouillage des frontières, une interdiction des rassemblements, la fermeture des écoles, puis des mesures drastiques incitant à un confinement volontaire, puis obligatoire.

Des mesures mises en place parallèlement au lancement du «Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus  «Covid 19», doté initialement de ressources budgétaires, puis abondé par des contributions du privé et du public. 

La priorité a été donnée également à l’augmentation de l’offre en infrastructures sanitaires.

«Les actions ont concerné l’augmentation et le réaménagement des capacités hospitalières et l’amélioration des conditions d’accueil des patients dans différentes villes du Maroc, et à l’appui des mesures sanitaires. Des relais sont également apportés par la société civile, et notamment les établissements hôteliers qui mettent des chambres à la disposition du personnel soignant et des personnes convalescentes», rappelle le même rapport.

 

La riposte économique 

Sur le plan économique, «la création du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus, doté d’une capacité de 3% du PIB, et la contribution de différentes entités privées et publiques sont à considérer comme un mécanisme de mutualisation des risques. Car, en effet, Il y a une conscience de l’interdépendance des différents secteurs, qui seront tous affectés, directement ou indirectement, par la crise due au Covid-19», nous explique la même source.

Ainsi, une panoplie de mesures économiques sur la base des réflexions du Comité de veille économique est venue atténuer des difficultés du tissu économique marocain, avec la mise en place de plusieurs mesures d’aides aux entreprises et aux ménages.

«La batterie de mesures adoptées par les autorités se conforme à la nature multiforme du choc qui touche à la fois  l’offre et la demande. Ainsi, les aides distribuées aux ménages dans une situation précaire et les aides apportées aux entreprises visent le même objectif de lisser l’atterrissage de l’économie et d’aplanir la courbe de la récession», peut-on lire dans le même rapport.

Concernant l’international, le recours au financement externe obéit également à cette approche globale visant à prémunir l’économie contre le choc externe qui affecte au premier chef les secteurs exposés sur le marché international comme le tourisme, ainsi qu'à préserver les équilibres externes en compensant une partie du recul des IDE et des transferts courants. 

Enfin, la politique monétaire vient apporter une réponse transversale en facilitant l’accès au financement pour accompagner les entreprises connaissant des problèmes de trésorerie et pour soutenir la demande à travers un ensemble de mécanismes.

 

Maintien de l’ordre social

L’intervention vise à minimiser cet impact à travers des aides sociales ciblées, malgré les difficultés d’identification des populations concernées. 

Car, selon Policy Center for the New South, «dans cet effort, l’identification des bénéficiaires est un enjeu de taille, compte tenu du manque de données autour de ces populations. L’autre enjeu de taille est la continuité de certaines activités au service de la communauté, notamment les services publics». 

Pour ce qui est de l’éducation, un autre volet social très important, celle-ci a su s’adapter aux évolutions technologiques à l’heure du coronavirus, avec la mise en place du e-learning et la mobilisation des médias publics pour la diffusion des cours. La même source attire également l’attention  sur la contribution des forces armées royales (FAR) à l’effort de réponse à la pandémie. 

 

Badr Chaou

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
covid-19 maroc Coronavirus Maroc Économie
Partage RéSEAUX SOCIAUX