Economie Tout voir

Tanger abrite la 2ème édition des Rencontres de la décarbonation industrielle de Bank Of Africa

Tanger abrite la 2ème édition des Rencontres de la décarbonation industrielle de Bank Of Africa

La deuxième édition des Rencontres régionales de la décarbonation industrielle, initiées par le Groupe Bank Of Africa (BOA), a été organisée, mardi à Tanger, sous le thème "Investir dans la décarbonation pour pérenniser la compétitivité de l'entreprise marocaine".

Cet événement, organisé en partenariat avec la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA), le Centre régional d'investissement (CRI-TTA), et la CGEM-TTA, s'inscrit dans le cadre d’une série de rencontres régionales autour de la décarbonation industrielle organisées par BOA avec les industriels et leur écosystème, afin d’apporter des réponses concrètes aux besoins des entreprises en matière de décarbonation.

S'exprimant à cette occasion, le directeur général exécutif en charge de CIB & Maroc de Bank Of Africa, Khalid Nasr, a souligné que cette rencontre, qui intervient après celle tenue en octobre dernier à Casablanca, constitue l’occasion de réunir de nombreux acteurs publics et privés, dans l'objectif d’apporter le conseil et l’accompagnement nécessaires, permettant aux entreprises marocaines de créer les conditions favorables pour réussir la transition vers une économie décarbonée. 

Le responsable a relevé que cette rencontre a pour vocation, grâce aux acteurs publics, aux experts et aux représentants sectoriels, d'éclairer le chemin des entreprises, en particulier les très petites et moyennes entreprises (TPME), vers une économie verte et durable, notant que BOA s'engage à accompagner les opérateurs nationaux dans cette transition importante pour la planète, le pays et l'économie nationale.

Il a, à cet égard, précisé que BOA met à disposition de ses clients, à travers son réseau de centres d'affaires, des offres de conseil et d'accompagnement, ainsi que des solutions de financement sur mesure, soulignant la mise en place par le groupe, en partenariat avec Maroc PME, de l'offre "CAP industrie verte", visant à apporter un appui solide aux PME dans la réussite de leur transition énergétique.

Nasr a réitéré l'engagement du groupe BOA à être aux côtés des entreprises pour contribuer à l'émergence d'une économie plus verte, et ce conformément aux orientations royales en matière de développement de l'économie verte, de promotion de l'efficacité énergétique et du développement durable.

Pour sa part, le directeur du pôle Marché-Entreprises chez Bank Of Africa, Anas Zermouni, a indiqué que cette deuxième escale d'une série de rencontres régionales initiées par le groupe est l'occasion de sensibiliser les acteurs locaux et les opérateurs économiques de la région du Nord sur la nécessité de s'inscrire dans une démarche de décarbonation, relevant que cet événement vise à apporter un éclairage sur les enjeux de la décarbonation et son impact sur la compétitivité des entreprises marocaines, notamment celles exportatrices.

"Notre rôle, en tant qu'institution financière, est de faire en sorte à ce que l'ensemble de l'industrie marocaine s'inscrive dans cette démarche", a-t-il dit, soulignant que cette rencontre vise à échanger avec les acteurs économiques de la région autour de la problématique de la décarbonation et à affirmer l'engagement du groupe à accompagner le tissu économique dans cette démarche.

De son côté, le président de la région TTA, Omar Moro, a fait savoir que la décarbonation est un processus et un engagement responsable irréversible, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre, atténuer les changements climatiques et à améliorer la compétitivité des entreprises et des territoires, notant que les investissements privés dans la décarbonation peuvent aider les entreprises à réduire leurs coûts opérationnels et améliorer leur image de marque, en tant qu'entreprise responsable et citoyenne, tout en contribuant à créer des emplois verts et à stimuler l'innovation technologique.

Moro a affirmé que la décarbonation est un choix stratégique et gagnant aussi bien pour le pays et la région que pour l’entreprise, soulignant la nécessité de mettre en place des projets multisectoriels et convergents à l'échelle régionale et locale, pour faire émerger des écosystèmes intelligents en mesure de saisir les occasions et d’éviter les menaces actuelles et futures. 

Quant au directeur général du CRI-TTA, Jalal Benhayoun, il a mis l'accent sur l'importance de cette rencontre, dont la thématique constitue à la fois un véritable challenge et une grande opportunité pour les entreprises marocaines et l'économie nationale, soulignant que le recours à l’énergie renouvelable n’est plus un luxe mais une nécessité pour les industriels marocains, compte tenu des effets néfastes du changement climatique sur la société et du contexte de crise économique post pandémie.

Dans une allocution lue en son nom, Benhayoun a appelé les entreprises marocaines à adhérer rapidement à ces exigences et s’aligner avec les orientations du Royaume, en tirant profit des avantages de se joindre aux différents efforts déployés par l’ensemble des acteurs pour un avenir résilient à faible émission de carbone, réitérant l’engagement du CRI, grâce à l’appui de ses partenaires, à accompagner ces entreprises dans toutes les démarches nécessaires pour l’aboutissement de leurs projets Green, allant de la recherche de financement et de l’accès aux incitations de l’Etat à la mise en relation avec les fournisseurs potentiels, la formation et la recherche des ressources humaines qualifiées.

Pour le président de la CGEM-TTA, Adil Rais, la thématique de la décarbonation revêt une importance capitale, compte tenu de la conjoncture actuelle marquée par l'augmentation des prix de l'énergie, notant l'impératif pour les entreprises marocaines d'investir dans l'autoproduction d'énergie pour l'autoconsommation.

Il a, dans ce cadre, souligné la nécessité de simplifier les procédures et renforcer les subventions d'incitation à l'investissement dans ce domaine, en vue de favoriser l'indépendance énergétique de l'économie marocaine, appelant les entreprises marocaines, en particulier les PME/PMI, à investir dans les technologies vertes pour baisser leurs coûts de production et se conformer aux normes environnementales locales et internationales des donneurs d'ordre, notamment à l'export.

Avec la participation de l'Association marocaine des industries du textile et de l'habillement (AMITH) et l’Association marocaine pour l'industrie et la construction automobile (AMICA), un zoom particulier a été porté lors de cette rencontre sur les secteurs du textile et de l’habillement, ainsi que celui de l’automobile, compte tenu du poids de ces 2 industries dans la région du Nord.

Cet événement a été marqué par deux panels sous les thèmes "Enjeux et défis de la sobriété carbone pour l'entreprise marocaine" et "la banque et ses partenaires, bénéfices de la neutralité carbone et retour d'expérience", avec la participation d'experts, de responsables institutionnels, d'industriels et d'acteurs économiques. Les intervenants à ces panels ont été unanimes à souligner que la décarbonation de l’industrie revêt un caractère stratégique pour l’économie marocaine, notant qu'avec l’objectif d’atteindre un taux d’énergie renouvelable de 50% d’ici 2030, le concours de tous les acteurs économiques, publics et privés, devient primordial.

A travers son engagement dans la création de conditions favorables à une croissance durable et sa contribution à l’accélération de la transition énergétique de ses clients, Bank Of Africa confirme encore une fois sa position en tant qu’acteur majeur dans l’émergence d’une industrie verte au Maroc et se positionne au service de l’économie verte dans le but de générer un impact positif sur le tissu productif national.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Azian Business Forum 2024 : Une dynamique d’innovation et de croissance industrielle à Casablanca

Vendredi 24 Mai 2024

Bank of Africa participe à la 2ème édition du Gitex Africa

Mardi 21 Mai 2024

«She Industriel» : Un programme destiné à accompagner plus de 2.200 femmes dans le secteur industriel national

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required