Politique Tout voir

L’Europe des populistes

L’Europe des populistes

De l'Europe à l'Amérique, en passant par d'autres régions du globe, le populisme a trouvé des racines fertiles dans les frustrations et les mécontentements de populations diverses. Il se définit souvent par une opposition aux élites établies, une critique des institutions traditionnelles et une rhétorique centrée sur «le peuple».

Ce phénomène, aux contours parfois flous, cristallise les frustrations d'une partie de la population dans diverses régions du globe. Cette montée du populisme peut être interprétée comme une réaction aux changements rapides et complexes qui caractérisent notre époque. La mondialisation, les inégalités croissantes et les bouleversements socioéconomiques ont créé un terrain propice à l'émergence de leaders populistes. Qui, sournoisement, tapissent souvent leurs discours du danger de l’immigration et cultivent auprès de leurs partisans l'islamophobie.

Des émeutes à Dublin aux succès électoraux de partis anti-immigration en Suède et au Portugal, ces thèmes résonnent d’ailleurs fortement dans les coulisses du pouvoir. En Europe, aux Etats-Unis ou encore en Amérique du Sud, les visages du populisme varient, mais certains thèmes récurrents émergent. En Europe, le populisme a pris différentes formes, allant du Brexit au mouvement des «gilets jaunes» en France. Des manifestations souvent alimentées par des sentiments de marginalisation économique, de perte d'identité culturelle et de méfiance envers les élites politiques.

En Slovaquie, Finlande, Italie, le nationalisme s’est exacerbé. Viktor Orbán, en Hongrie, ou Geert Wilders, aux Pays-Bas, illustrent cette tendance inquiétante. Outre-Atlantique, les États-Unis ont également été le théâtre d'une forte montée du populisme, illustrée par l'élection d’un certain Donald Trump. La polarisation politique, les fractures sociales et la défiance envers les institutions traditionnelles ont contribué à ce paysage politique particulier que l’on observe de plus en plus à travers le monde.

La crainte de l'étranger, la montée de l'identité nationale, tout cela dessine un tableau pour le moins préoccupant. Et si le populisme semble souvent exprimer des préoccupations légitimes de la population, il soulève également des défis pour la démocratie, en ce qu’il prospère sur le terreau de la peur et des frustrations des individus. La simplification des enjeux complexes, le rejet des contre-pouvoirs et la tendance à désigner des boucsémissaires fragilisent les fondements mêmes de la gouvernance démocratique.

 

Par D. William

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 29 Fevrier 2024

Poutine: L’hubris d’un despote

Jeudi 29 Fevrier 2024

USA : Le spectre du "shutdown"

Mercredi 28 Fevrier 2024

Conseil de la ville de Rabat : Asmaa Rhlalou présente sa démission

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required