Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Le polisario essuie un nouveau revers cuisant

Le polisario essuie un nouveau revers cuisant

Lundi 25 Juin 2018 Par Laquotidienne

Le polisario reste une coquille vide aux mains du pouvoir algérien. Cela a été prouvé une fois de plus très loin des frontières marocaines.

A Santiago du Chili où des participants à un séminaire académique international sur le Sahara marocain, organisé les 22, 23 et 24 juin, ont hautement salué la pertinence de la proposition marocaine d’autonomie visant à trouver une solution définitive au différend artificiel autour du Sahara marocain.

La "Déclaration de Santiago" sanctionnant les travaux de cette rencontre et signée par 67 personnalités (chercheurs universitaires, politologues, militants des droits de l'Homme, syndicalistes et représentants de la société civile) de différentes nationalités, est donc un nouveau désaveu pour cette organisation qui, pour essayer d’exister sur la scène internationale, multiplie les provocations à l’égard du Maroc.

Mais son jeu pervers, mis à nu et régulièrement dénoncé par les observateurs avertis, ne fait plus recette. Et ne cache pas non plus ses nombreuses tares et pratiques cruelles, dont notamment la séquestration et les exactions dont sont victimes les populations dans les camps de Tindouf (photo).  

D’ailleurs, la Déclaration de Santiago a vivement condamné «les violations aux droits de l'homme, l'enlèvement des femmes, l'utilisation des enfants dans les tâches militaires et autres abus commis par le groupe séparatiste du polisario".

Tout à l’opposé de ce qui se passe dans les provinces du Sud du Maroc qui offrent un cadre de vie "démocratique, développé, inclusif et respectueux des droits de l’Homme".

Et ce n’est pas la première fois qu’un tel contraste est mis en orbite.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
polisario
Partage RéSEAUX SOCIAUX