International Tout voir

Gaza : Le nettoyage ethnique en marche

Gaza : Le nettoyage ethnique en marche

La situation qui sévit à Gaza est bien plus qu'une simple crise humanitaire : c'est une tragédie déchirante qui ébranle les fondements de notre humanité et que le monde observe avec un mélange d'horreur et d'impuissance.

Les récents développements exposent une stratégie qui dépasse les limites de l'acceptable, mettant en lumière une idée aussi insidieuse que diabolique : vider Gaza de son essence, effacer son identité, réaliser ce que l'on peut désigner sans ambages comme un nettoyage ethnique.

Le plan dévoilé par des ministres d'extrême droite israéliens révèle une volonté délibérée de vider Gaza de sa population. Un plan sinistre. Des termes tels que «immigration volontaire» ne peuvent dissimuler la réalité brutale de ce qui se trame, faisant écho à une vision dystopique où Gaza serait rasée, ses infrastructures détruites, son tissu social annihilé.

Les paroles du Premier ministre Benjamin Netanhayou ne laissent place à aucune équivoque : «notre problème, c'est de trouver des pays qui soient prêts à accueillir des Gazaouis, mais rassurez-vous on y travaille». Ces mots glaçants s'inscrivent dans une vision alarmante de la fin de la guerre, où Gaza serait complètement dévastée et ses habitants contraints de partir.

L'appel insidieux dans le Wall Street Journal, signé par un ancien représentant d'Israël aux Nations unies et une figure connue d’un parti politique centriste, ne fait que renforcer cette sinistre perspective en suggérant que l'Occident accueille les réfugiés de Gaza, insinuant ainsi que la vie dans ce territoire deviendrait insoutenable. Le nettoyage ethnique, terme qui résonne avec horreur, est une réalité qu'il est de notre devoir de dénoncer sans ambages.

Décompte macabre
Les chiffres dévastateurs des pertes humaines à Gaza suscitent l'indignation et le chagrin. Les opérations militaires israéliennes ont coûté la vie à 22.600 personnes, en majorité des femmes et des enfants, selon les chiffres du ministère de la Santé du Hamas. Ces pertes humaines ne sont pas de simples statistiques, mais des vies déchirées, des familles anéanties et des communautés dévastées.

Le plan présenté par le ministre de la Défense, Yoav Gallant, ne fait qu'ajouter à l'incertitude et à la terreur. La poursuite des opérations à Gaza, le «démantèlement des capacités militaires du Hamas» et l'éviction du Hamas de l'après-guerre laissent présager un avenir sombre pour les Gazaouis.

Sur le terrain, la réalité est encore plus déchirante. Les habitants de Gaza, déjà éprouvés par les horreurs de la guerre, souffrent d'un manque cruel d'eau, de nourriture, de médicaments et de soins. Les livraisons humanitaires restent largement insuffisantes pour répondre aux besoins désespérés de la population. L’augmentation significative de l'aide humanitaire résonne comme un impératif moral.

Qui pour arrêter cette injustice ? Qui pour mettre un terme à cette ignominie ? Qui pour cesser ce massacre d’âmes innocentes ? Ce n’est visiblement pas la communauté internationale dont les gesticulations laissent Israël de marbre. La visite d'Antony Blinken, à partir de ce dimanche dans cinq pays arabes, outre Israël, est un bien maigre espoir dans ce chaos. Cette visite changera-t-elle quelque chose ? 
Ce serait illusoire d’y croire, tant elle s’apparente à une action diplomatique très cosmétique qui ne peut faire dévier Netanyahou de son objectif : vider Gaza des Gazaouis.

F. Ouriaghli

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 03 Mars 2024

Riyad : Le Maroc réaffirme son rejet absolu des violations du droit humanitaire à Gaza

Mardi 27 Fevrier 2024

Le Maroc appelle à l’arrêt immédiat de la guerre israélienne sur Gaza

Dimanche 25 Fevrier 2024

Zones de guerre : Netanyahu maintient la pression, Zelensky réclame de l’aide

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required