Economie Tout voir

43% des entreprises, à travers le monde, utilisent la data analytique pour lutter contre les paiements frauduleux

43% des entreprises, à travers le monde, utilisent la data analytique pour lutter contre les paiements frauduleux

Dans le monde, la lutte contre la fraude est une véritable bataille pour garder une longueur d'avance sur les fraudeurs, d'autant plus que les risques auxquels les entreprises sont confrontées aujourd'hui sont plus importants et persistants que jamais.  

A cet égard, SAS Institute et l’Association des examinateurs certifiés en matière de fraude (ACFE) ont mené une étude auprès de 884 organisations à travers le monde, visant à analyser comment les nouvelles technologies sont utilisées par les entreprises dans leur lutte contre la fraude. 

«L’étude a révélé que 97% ou plus des examinateurs de la fraude considèrent l’analyse comme un outil indispensable pour augmenter le nombre de fraudes évitées et améliorer la rapidité, l’efficacité et la précision de leurs programmes de détection de la fraude.  Bien que ce soit un point de preuve impressionnant, il n’y a probablement pas de plus grand témoignage de l’immense valeur de l’analyse dans la lutte contre la fraude que les innovations et les succès de nos nombreux clients», révèle Yassine Chahbi, manager pre-sales support chez SAS. 

Rôle de la data analytique dans la lutte contre la fraude 

La diversité des approches de l’analytique anti-fraude continue de croître. L’étude indique que les systèmes analytiques les plus couramment utilisés sont des techniques éprouvées grâce auxquelles les entreprises ont réussi pendant des décennies. 

Plus de la moitié de celles-ci utilisent également les rapports d'exception et la détection d'anomalies, tout autant que la surveillance automatisée des drapeaux rouges et des règles commerciales dans le cadre de leurs programmes anti-fraude, faisant d'eux les deux approches les plus courantes. 

Avec des proportions de 13% et 17%, respectivement, des répondants s'attendent à adopter ces types d'analyses au cours des deux prochaines années. Par ailleurs l’étude indique que plus des deux tiers des entreprises vont utiliser ces techniques d'analyse anti-fraude d'ici 2023. 

Par ailleurs, seulement 17% des programmes anti-fraude des entreprises utilisent actuellement l'intelligence artificielle ou l’analyse d'apprentissage automatique. En effet, ces techniques devraient connaître la plus forte croissance, 26 % des organisations anticipant leur adoption ce type de technologie d'analyse dans les deux prochaines années. Bien que de nombreux acteurs répondants prévoient l'adoption d'autres approches analytiques dans les années à venir, l'utilisation de la plupart de ces initiatives est restée relativement stable depuis 2019.

Étant donné que les risques de fraude varient selon l'organisation, les domaines où l’analytique est  utilisée varient également. Les deux domaines présentant le plus de risques communs surveillés grâce à l’analytique sont les paiements frauduleux (43% des répondants) et les achats frauduleux (41% des répondants). Autres principaux domaines à risque de fraude où l’analytique est utilisée incluent le vol ou la fraude impliquant les paiements entrants (31%), les dépenses de voyages et divertissements (30 %) et la fraude sur les rapports financiers (30 %). 

Par ailleurs, l’étude indique que 42% des organisations ont mis en place un logiciel de gestion, soit plus de la moitié des organisations étudiées n'utilisent pas de plateforme formelle pour gérer leurs processus de cas et leurs données. 

Bien que des preuves liées à la fraude puissent être trouvées dans les dispositifs électroniques des employés, la majorité des organisations n'utilisent actuellement aucun logiciel d'investigation numérique pour collecter et capturer ces informations. Un peu moins de 30 % a adopté un programme à cet effet. 

Les preuves provenant de sources en ligne, telles que des sites Web et des réseaux sociaux, peuvent être un élément essentiel de la construction d'une fraude. Un logiciel spécialisé peut être utilisé pour aider les enquêteurs en termes de confidentialité et conformité. Seulement un tiers des répondants à l’enquête utilisent actuellement ce type de logiciel. De plus, pour les organisations qui ont adopté un logiciel de capture de preuves en ligne, les outils les plus couramment utilisés sont des programmes développés interne à cet effet.

Impact de la pandémie sur l’utilisation de la technologie anti-fraude 

Les perturbations causées par la pandémie ont entraîné une dépendance accrue à l'égard de la technologie chez les individus (travail à distance, commandes en ligne, télémédecine..). Ce nouveau système de vie a entraîné des effets notables sur les risques de fraude et les programmes anti-fraude. Plus de 40 % des entreprises ont indiqué que leur utilisation de l'analyse de données s’est légèrement accélérée (29%) ou significativement (14%) tout au long de cette période. Près de 30% ont vu une utilisation accélérée de la criminalistique numérique/e-discovery. 

À l'opposé, les systèmes de biométrie physique ont été les plus négativement affectés par la pandémie, avec 15 % des répondants qui constatent une diminution de cet outil. La technologie la moins affectée par la pandémie était la blockchain, puisque 79 % des répondants n'ont constaté aucun changement dans  l’utilisation de cette technologie.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 24 Decembre 2022

Automobile : Plus de 150 MDH pour une nouvelle unité de FAURECIA au Maroc

Mardi 13 Decembre 2022

CNT : La Travel Tech revient pour une deuxième édition

Lundi 31 Octobre 2022

Instagram fait état de problèmes de connexion au réseau social

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required