Economie Tout voir

La modernisation du partenariat économique Maroc-UE au centre du premier Business Dialogue

La modernisation du partenariat économique Maroc-UE au centre du premier Business Dialogue

La  CGEM, la Commission européenne, BusinessEurope et Eurocham Maroc ont organisé, aujourd'hui à Marrakech, la 1ère édition du Business Dialogue Maroc-UE, en présence de Valdis DOMBROVSKIS, Vice-Président Exécutif de la Commission Européenne, de Ryad MEZZOUR, Ministre de l'Industrie et du Commerce, de  Chakib ALJ, Président de la CGEM et de Pierre GATTAZ, Président de BusinessEurope.  

 

Cette rencontre de haut-niveau représente la volonté partagée des opérateurs économiques marocains et européens de supporter les acteurs politiques dans le développement de la relation Maroc-UE et de discuter des moyens de rendre le partenariat économique et commercial encore plus fort, résistant et porteur de plus de valeur ajoutée et de croissance.   

 

Lors de son intervention à l’ouverture de cette rencontre,  DOMBROVSKIS a souligné que “ce premier dialogue d'affaires UE-Maroc constituait une étape importante. L’UE et le Maroc ont aujourd’hui des liens commerciaux et économiques solides et bien établis : le commerce bilatéral total de marchandises s'est élevé à plus de 43 milliards d'euros en 2021, le niveau le plus élevé jamais atteint, et nous avons un échange de services stable. Cependant, nous pouvons faire beaucoup plus, en particulier pour accompagner la transition verte et numérique de nos économies”.  

 

Il a ajouté que “les entreprises et les investisseurs de l'UE reconnaissent le potentiel du Maroc. Ils sont impatients de renforcer leurs relations, étayées par des cadres juridiques et commerciaux solides. Le Business Dialogue d'aujourd'hui facilitera ces discussions importantes. Du point de vue de l'UE, nous sommes prêts à discuter de la manière de moderniser la zone de libre-échange, en nous concentrant spécifiquement sur la manière dont nous pouvons faciliter des investissements étrangers directs supplémentaires et plus durables.” 

 

Le président de la CGEM a, quant à lui, insisté sur “la nécessité de moderniser l'Accord d'Association Maroc-UE, qui date de 2000, afin qu'il puisse prendre en considération les avancées du Maroc réalisées sous l'impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l'Assiste, les nouvelles réalités économiques, notamment celles engendrées par la pandémie du Covid-19 et par les tensions en Europe de l'Est comme la hausse des prix des matières premières et du fret". 

 

Il a également souligné le rôle central que peuvent jouer les secteurs privés marocain et européen pour renforcer le partenariat Maroc-UE et continuer à construire un voisinage partagé, fort et résilient. ALJ s'est ensuite arrêté sur les priorités stratégiques des chefs d'entreprises marocains et européens à savoir un meilleur accès aux marchés, la transition verte, la résilience des chaînes de valeur et le développement euro-africain, avant d'insister sur l'urgence d'une action commune.  

 

 Pierre GATTAZ a, pour sa part, mis en exergue “la nécessité d’adapter l'accord d’association entre l’UE et le Maroc aux réalités commerciales du 21ème siècle et aux besoins des entreprises dans les domaines importants comme l’économie digitale. Dans le contexte actuel de risques géopolitiques croissants, il est important que l’Europe diversifie ses marchés et le Maroc est un partenaire naturel”.  

 

Ce Business Dialogue Maroc-UE a été marqué par un panel de discussion avec la participation de  Badr ALIOUA, Président de la Commission internationale de la CGEM, de  Abir LEMSEFFER, Coordinatrice principale des relations de la CGEM avec les Institutions européennes et Directeur Général Adjoint d'Azura, de Hakim MARRAKCHI, Président Directeur Général de Maghreb Industrie, de  Mia LAHLOU GIANCARLI, Directeur Général de Pharma 5, de Edwin SLUISMANS, Vice-Président d'EuroCham Maroc, de Khalodoun BOUACIDA, Directeur Général et Responsable de la région Afrique du Nord et de l’Ouest de BASF Maroc et de  Bassim BENNANI, Chief Marketing Officer Afrique du Nord et de l’Ouest de Nokia.  

 

Les échanges ont permis d'identifier un certain nombre de défis rencontrés par les opérateurs économiques dans le cadre de l'investissement et du Commerce entre le Maroc et l'UE. Le secteur privé a clairement exprimé sa volonté de non seulement protéger la relation commercial Maroc-UE mais également de la mettre à jour. Les discussions ont également porté sur les opportunités à saisir, notamment en termes d'innovation, de numérique et de durabilité.  

 

Pour rappel, la CGEM et BusinessEurope avaient adopté, en septembre dernier, un pacte de modernisation du Commerce et d'Investissement entre le Royaume du Maroc et l'Union européenne qui repose sur 8 piliers : l'investissement, l'accord sur la réduction des barrières non tarifaires pour les produits industriels incluant un accord de reconnaissance mutuelle des réglementations et des standards, les services et transport, les qualifications professionnelles, les matières douanières, les TPME, le climat des affaires et la sécurité alimentaire. 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 30 Juin 2022

Aid Al-Adha: très chers moutons

Jeudi 30 Juin 2022

Le Maire: La taxe sur les multinationales "sera mise en place" en Europe, avec ou sans la Hongrie

Jeudi 23 Juin 2022

Les Vingt-sept approuvent les candidatures de l'Ukraine et la Moldavie à l'UE

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required