Economie Tout voir

Séjourné, l’étrange diplomate

Séjourné, l’étrange diplomate

Morceaux choisis d’une étrange performance linguistique.

• «De lourdes impacts… ».

• «La défense des principes fondamentals…».

• «Ce sera l'occasion, y compris pour nous, de voir ce qu'ont besoin aujourd'hui les Ukrainiens».

• «Les plus élimentaires de la capacité ukrainière de produire…». • «Nous savons que l’efficacité de ces technologies est précieux…».

• «J’ai plus que jamais le sentiment, en tout cas après ce premier échange avec Annalena que j’ai tenu à avoir, et elle l’a rappelé, juste après mon déplacement à Kiev, j’ai souhaité que nous puissions échanger et je pense pouvoir dire que d’un point de vue du contact personnel tant qui est excellent, mais aussi de la convergence de vue peut-être aussi, y compris sur la vision politique que nous avons tous les deux, de la même génération, tu l’as rappelé, et avec ce couple franco-allemand, avec ce tandem franco-allemand que nous devons entretenir et travailler...».

Ce n’est pas un élève de primaire qui s’exprime. Mais plutôt le tout nouveau ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, qui, pour ses premiers déplacements en terre étrangère (Ukraine et Berlin), a fait un étrange déballage de son bagage en français. La scène diplomatique, souvent associée à l'élégance et à la précision, s'est trouvée éclipsée par son triste spectacle linguistique. Séjourné s'est en effet illustré non pas par ses prouesses diplomatiques, mais par un véritable massacre de la langue de Molière, qui a soulevé des sourcils et provoqué des railleries.

Un tel niveau de créativité linguistique mériterait presque une standing ovation. Après tout, pourquoi s'embarrasser de la lourdeur des «principes fondamentaux» quand on peut les rendre plus... exotiques ? C’est la raison pour laquelle notre virtuose des mots, dans ses envolées lyriques pour le moins audacieuses, nous a servi une flopée de surprises grammaticales et d’accords plus que douteux.

Voilà à quoi est réduite la grandeur de la France : un ministre non seulement accueilli avec beaucoup de réserve, dès sa nomination, pour sa capacité à gérer ce département régalien, mais qui, manifestement, a une piètre maîtrise de la langue française. Or, ses fautes et ses balbutiements, cette offense à la richesse de l’héritage linguistique français, ne sauraient s’accorder avec sa fonction de premier diplomate de la France. Fonction où le formalisme, la précaution et la nuance verbale sont essentiels.

Fonction où les mots sont choisis avec soin pour éviter les malentendus et les tensions. Fonction où les expressions polies, les euphémismes et les tournures indirectes sont souvent utilisés afin de ménager les susceptibilités. Et, forcément, quand Séjourné traîne une telle inculture linguistique, on voit mal comment il pourra s’aventurer sur le terrain de la subtilité et de la finesse verbales.

De quoi plaindre une diplomatie française déjà bien mal-en-point, au regard notamment des relations tendues entre la France et de nombreux pays, notamment du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne ! A sa décharge, reconnaissons néanmoins que Séjourné a su nous distraire, même devant une situation aussi grave que celle qui prévaut en Ukraine. Oui, Séjourné est…, comment dire..., fondamentalement drôle. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 03 Mars 2024

Les pays du CCG réaffirment leurs positions constantes soutenant la marocanité du Sahara

Samedi 02 Mars 2024

Ligue des Champions : Le Wydad Casablanca éliminé malgré sa victoire face à l’ASEC Mimosas

Samedi 02 Mars 2024

Alerte Météo: Le ministère de l'Équipement appelle à la vigilance sur les routes

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required