Plus d'infos Tout voir

Covid-19 : En pleine deuxième vague, le doute plane sur l’efficacité de Wiqaytna

Covid-19 : En pleine deuxième vague, le doute plane sur l’efficacité de Wiqaytna
 
► Depuis le lancement de Wiqaytna, aucun bilan sur le nombre de cas contacts notifiés n’a été effectué. 
 
► Selon un expert, le gouvernement doit revenir à la charge et inciter la population à télécharger et activer cette application. 
 

Plus de deux millions de téléchargements pour l'application Wiqaytna. Un résultat insuffisant pour contrôler et réduire la progression de la pandémie au Maroc, au moment où le nombre de contaminations vient de franchir le cap des 5.000 cas par jour.  

Mise en ligne depuis début juin, l’application gouvernementale Wiqaytna, censée avertir les utilisateurs de leurs contacts éventuels avec des personnes testées positives au coronavirus, a-t-elle atteint les résultats escomptés ? Jusqu'à ce jour, aucun bilan (nombre de cas notifiés) sur l’efficacité de la solution n’a été dressé, ni par l’Intérieur, ni par la Santé. 

 

Histogramme des mises à jour de l'application Wiqaytna (Source : Appbrain)

 
covid-19 Wiqaytna

Peu ou pas d'effort en termes de sensibilisation et de communication quant à l'utilisation de cette application n'a été fourni. A peine la solution déployée, on en a plus parlé ! La communication a été beaucoup plus autour de la protection des données et de la vie privée que sur l’utilité de l’application. 

 

Flop mondial ? 

Et, comme au Maroc, la stratégie de traçage des populations a eu des résultats très moyens, notamment en Europe. En france, StopCovid a été reconnu par le gouvernement comme un “fiasco”. La situation est la même en Suisse. Au Royaume-Uni, il y a eu 16 millions de téléchargements, mais de nombreux bugs et un manque d'harmonisation ont été constatés.  

« Pour que ce genre d'application ait un impact sur la progression d’un virus, il faudrait que 60% des citoyens d'un pays la téléchargent et l’utilisent en permanence. Le Maroc est loin du compte”, explique un expert.

« Pour l'heure, l'on ne dispose pas de critères nous permettant d'évaluer de l'utilité de cette solution, puisque le gouvernement ne communique pas dessus », ajoute-t-il. 

Pour lui, le seul indicateur (non pertinent) à notre disposition est le nombre de téléchargements, alors que les responsables doivent procéder à une communication plus régulière sur les nombres de cas notifiés. « Au Maroc, le nombre de téléchargements minimal à atteindre est de 10 à 15 millions, étant donné que près de 35% sont en dessous de 18 ans, tandis qu'une grande partie se situe dans les zones rurales où l'accès à l'Internet est en deçà des normes nécessaires. D'un autre côté, il faut dire que l'ensemble des applications gouvernementales sont peu utilisées au Maroc et dépassent rarement le seuil d'un million de téléchargements, voire moins », indique notre spécialiste. 

Notons que 2 millions reste un chiffre relativement bas, au vu du taux de pénétration mobile, qui dépasse les 131%, et du parc de la téléphonie mobile (46,67 millions). « À l’heure où l’épidémie bat son plein au Maroc, une communication particulière doit être faite pour promouvoir l’application et inciter à son téléchargement, surtout dans les zones urbaines denses, à l’image de la capitale économique », conclut notre interlocuteur.

 
 
 
Par K.A

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 26 Octobre 2021

Covid-19 et grippe saisonnière: Faut-il s’alarmer ?

Mardi 26 Octobre 2021

Covid-19 : Plus de 400 nouveaux cas et 15 décès ce mardi 26 octobre

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required