Economie Tout voir

Maroc : La croissance crée de moins en moins d’emplois

Maroc : La croissance crée de moins en moins d’emplois

L’emploi est non seulement porteur d’inclusion, mais aussi un moteur vertueux de croissance à travers notamment sa contribution à la consommation et aux recettes fiscales et sociales. C’est ce qu’a souligné, mercredi à Rabat, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami.

S’exprimant à l’ouverture d’un dialogue de haut niveau sur les “Stratégies et politiques de développement pour la création d’emploi en Afrique du Nord : renouer les liens”, il a dans ce sens fait remarquer, sur la base des travaux du Conseil, que bien que la croissance du Maroc soit, aujourd’hui, plus résiliente aux aléas climatiques avec un début de diversification de ses moteurs, elle crée cependant de moins en moins d’emplois.

Ainsi, si un point de croissance pouvait générer entre 60.000 et 70.000 emplois dans les années 70, il n’en génère aujourd’hui qu’entre 20.000 et 30.000, et cela dans le meilleur des cas, a-t-il ajouté.

Le président du CESE a ainsi estimé nécessaire d’agir sur plusieurs leviers de manière cohérente et coordonnée pour créer une nouvelle dynamique de croissance et d’inclusion, pouvant induire l’inclusion à travers l’emploi. 

Et de conclure que les pays de la région sont appelés à agir à la fois sur le climat des affaires, les équilibres macroéconomiques, la diversification de l’offre et  l’amélioration de la compétitivité et, in fine, sur le renforcement du capital humain.

Le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Yatim, a pour sa part passé en revue les principaux obstacles qui freinent la promotion de l’emploi au Maroc, citant notamment une faible création d’emplois productifs et décents, une insuffisance qualitative et quantitative en matière de ressources humaines et les divergences entre la conception actuelle de la gouvernance et les besoins du marché de travail.

Notant que la question de l’emploi requiert une approche réaliste, audacieuse et novatrice qui tient compte du contexte de chaque espace territorial, Yatim a relevé que le gouvernement a mis en place un Plan national pour la promotion de l’emploi.

Ce plan, a-t-il rappelé, vise le soutien de la création de postes d'emploi, le renforcement des systèmes d'intermédiation dans le marché du travail, l’amélioration des conditions du travail et du fonctionnement du marché de l'emploi et l'appui de la dimension régionale en matière d'emploi.

De son côté, la directrice du Bureau de la CEA en Afrique du Nord, Lilia Hachem Naas, a tenu à rappeler que le chômage, en particulier des jeunes, représente un défi majeur en Afrique en général, et en Afrique du Nord en particulier.

La moyenne du taux de chômage en Afrique du Nord s’est élevée en 2018, selon le BIT, à 11,5%, l’un des taux les plus élevés du monde, a-t-elle relevé.

Malgré les progrès réalisés en termes de développement économique et social et la reprise économique dans certains pays de la sous-région avec un taux de croissance en progression, la région Afrique du Nord n’arrive toujours pas à générer suffisamment d’emplois de qualité pour atteindre une croissance durable et inclusive, et assurer la stabilité politique et sociale.

Le coordonnateur résident du système des Nations unies au Maroc, Philippe Poinsot, souligne de son côté que l’emploi décent, corollaire de la croissance économique et sociale, se trouve au cœur des droits et de la dignité humaine et est en étroite connexion avec la cohésion sociale.

Il reste ainsi l’un des principaux axes pour bâtir une société solide, résiliente, intégrée et durable. 

Poinsot a relevé que de récents rapports ont mis en évidence un important fossé entre le potentiel des jeunes et le déficit en formation qui entrave leur accès au marché de travail, appelant à construire des programmes capables de répondre aux besoins des jeunes et à promouvoir l'entrepreneuriat des jeunes.

Les travaux de cette rencontre de deux jours s’articulent autour de trois panels portant sur “la vision à long terme : création d’emplois dans un environnement en pleine mutation”, “les institutions et la création d’emplois : réglementations, gouvernance et politiques publiques” et “l’accès aux ressources et aux facteurs de production : financement, compétences et innovation”.

Prennent part à ce dialogue, organisé par le CESE en partenariat avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), de hauts cadres représentant les secteurs privé et public et le monde universitaire venant du Maroc et d’Afrique.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 12 Octobre 2021

"Génération Green": Le gouvernement veut intégrer au moins 350.000 familles paysannes dans la classe moyenne

Samedi 09 Octobre 2021

Souveraineté sanitaire: «Il faut privilégier la fabrication locale génératrice d’emplois»

Mercredi 07 Juillet 2021

El Otmani : Les programmes actifs d’emploi couronnés de résultats importants

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required